Home Politique Côte d’Ivoire: Après sa rencontre avec un conseiller de Soro, le président...

Côte d’Ivoire: Après sa rencontre avec un conseiller de Soro, le président des exilés de France suspendu de ses fonctions

63
SHARE

Michel Barouan-

– Vendredi 30 Juin 2017 – Ce n’est pas la sérénité en ce moment au sein des exilés de France depuis la rencontre à Paris entre un proche de Guillaume Soro et Michel Baroan président de l’Union des refugiés.

Après l’ex ministre Ohouochi Clotilde Yapi qui a annoncé sa démission au sein de l’Union des Réfugiés Ivoiriens de France (URIF), nous apprenons ce vendredi que la majorité des membres a suspendu de ses fonctions l’ex Directeur Générale du Bureau Ivoirien des Droits d’Auteurs (BURIDA) , pour avoir entamé cette démarche de façon singulière .

Dans un communiqué signé du deuxième vice-président l’artiste Serges Kassy dont copie nous est parvenue, ce dernier justifie cette décision, par le fait que l’acte posé par le proche de Gadji Celi, « met en mal notre statut auprès des autorités de notre pays d'accueil, qui viole la convention de Genève sur les réfugiés et les statuts de l'URIF ».

« Son acte a été considéré par la majorité des membres du bureau comme un acte d'une gravité extrême. Prenant donc leurs responsabilités, les membres du bureau exécutif dans leur majorité ont décidé de la suspension de M. Michel Baroan du poste de président de l'URIF », a souligné le chanteur reggae, avant d’annoncer la mise en place d’une gestion intérimaire qui aura la charge de doter l'union d'un nouvel exécutif.

« Dans un bref délai des actions de rétablissement de la confiance entre l'exécutif de l'URIF et les réfugiés ivoiriens de France seront menées. L'exécutif intérimaire de l'URIF en appelle à l'esprit de cohésion et de responsabilité des uns et des autres et les assure du maintien de sa ligne de lutte contre la dictature et les discriminations en Côte d'Ivoire et de son combat pour le bien-être des réfugiés ivoiriens de France », a conclu Serges Kassy.

Pour rappel, dans le cadre de l’appel au pardon et à la réconciliation nationale lancée par Guillaume Soro en avril dernier, son conseiller spécial Franklin Nyamsi a a entrepris des rencontres en France avec des exilés jugés proches de Laurent Gbagbo comme, Alain Toussaint, Sidiki Bakaba et Michel Baroan.

Le Camerounais annonce d’ailleurs un colloque international sur le pardon et la réconciliation en Côte d’Ivoire prévu à Paris au mois de septembre 2017 prochain où devrait intervenir des exilés.

Mais son action est vue par les « Gbagbo ou rien » comme un recrutement des électeurs en perspective de la présidentielle de 2020, pour laquelle on ne pourrait exclure une candidature de son mentor.

Donatien Kautcha, Abidjan


Vous êtes abonnés Orange en Côte d'Ivoire, recevez les infos exclusives de en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)


Source : Koaci