Home Politique Crises et mutineries à répétition : ces chocs extérieurs et intérieurs n’entraveront...

Crises et mutineries à répétition : ces chocs extérieurs et intérieurs n’entraveront pas la marche vers l’émergence (Alassane Ouattara)

91
SHARE

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara a, dans un message, livré par le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, mercredi soir, lors de la cérémonie officielle, de célébration de la nuit de Qadr ou nuit du Destin, indiqué que les chocs extérieurs et intérieurs, que le pays a vécus récemment, n’entraveront pas la marche vers l’émergence.

A cette occasion, Hamed Bakayoko a salué les efforts de médiation des imams lors des récentes mutineries. «Ces chocs extérieurs et intérieurs n’entraveront pas la marche de la Côte d’Ivoire vers l’émergence », a- t-il soutenu sous le regard de son mandant, Alassane Ouattara qui a pris part à cette cérémonie officielle initiée par le Conseil supérieur des imams en Côte d’Ivoire (COSIM), dans l’enceinte de la grande mosquée de la Riviera Golf à Cocody (quartier résidentiel à l’Est d’Abidjan).

Pour cette édition, la communauté musulmane a décidé de se pencher sur « la lutte contre le fléau de l’enrichissement illicite », un sujet développé sur toute l’étendue du territoire nationale.
Selon l’Imam Ousmane Diakité, de la mosquée Arafat de Bonoumin (Cocody) par ailleurs, Secrétaire exécutif du COSIM, qui a fait une communication lors de cette cérémonie, l’enrichissement illicite « un fléau vu les conséquences ».

« Le COSIM a un regard très critique, lucide sur la société ivoirienne », a fait remarquer l’Imam justifiant le choix du thème.

Ousmane Diakité a regretté le détournement de fonds, l’utilisation de faux billets, dans l’économie, le fait de s’attribuer injustement des parts de pourcentage dans les marchés de par son autorité.
A en croire le guide religieux, devant son public composé de nombreux ministres, diplomates et cadres, « l’ignorance, l’impunité » favorisent cet enrichissement d’où son appel à la sensibilisation.

« C’est une menace grave », avertit le Secrétaire Exécutif du COSIM révélant que « le plus long verset du Coran ne parle ni de prière, ni de foi, ni de Ramadan mais de la gestion des affaires ».
A l’instar de cette cérémonie, de nombreuses artères, espaces publics et mosquées vivent la Nuit du destin au cours de laquelle le Saint Coran a été révélé au Prophète de l’Islam à travers des conférences, prières et autres bénédictions.

Les musulmans de Côte d’Ivoire observent depuis le 27 mai dernier, le jeûne du mois de Ramadan pour une durée de 29 ou 30 jours selon l’observation du croissant lunaire.

SY/ls/APA


Source : Africatime CI