Home Politique Côte d’Ivoire : Répression des «microbes» Sansan a bel et bien transmis...

Côte d’Ivoire : Répression des «microbes» Sansan a bel et bien transmis une circulaire aux magistrats en 2017

Sansan à Daloa le 26 avril dernier et la circulaire (ph KOACI)
– Mercredi 15 Mai 2019 – Lors de l’inauguration de la nouvelle salle d’audience du Tribunal de 1ère instance de Daloa, le vendredi 26 avril 2019, par le Garde des Sceaux, Ministre de la justice et des droits de l’Homme, Sansan Kambilé, ce dernier avait évoqué avoir transmis aux magistrats une circulaire en 2017 au sujet des enfants en conflit avec la loi vulgairement appelés « microbes ».

Côte d'Ivoire : Répression des «microbes» Sansan a bel et bien transmis une circulaire aux magistrats en 2017

Certains dont nous même, pas mis au courant, étions allés jusqu’à douter de l’existence même de la dite circulaire. Une ignorance qui était allée jusqu’à de virulentes critiques comme constaté.

Après deux semaines de minutieuses recherches à travers notre réseau, a enfin mis la main dessus. Le ministre n’avait pas menti.
En effet, Sansan a bel et bien, en date du 26 septembre 2017, transmis aux magistrats une circulaire relative à la répression d’infractions commises par des mineurs communément appelés « mineurs en conflit avec la loi », comme relevé sur le document officiel en notre possession.
Le document consulté dresse quatre grandes lignes. Le contrôle des procédures au cours de l’enquête préliminaire, la traitement des procédures dans les parquets, le suivi des procédures au cours de leur instructions par les juges d’instruction ou les juges des enfants et la gestion des procédures devant les formations de jugement.
Après lecture de la circulaire il ressort que l’Etat a travers son ministre de la justice, conscient du soucis des « microbes » a donné des instructions claires aux magistrats pour leur répression.
Il revient désormais aux magistrats d’appliquer les directives de la circulaire pour mettre fin au phénomène qui participe à entacher l’image du pays.
Amy Touré

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook