Home Politique Côte d’Ivoire : Propos polémiques de Bédié sur les étrangers, KKS «...

Côte d’Ivoire : Propos polémiques de Bédié sur les étrangers, KKS « le rôle du leader politique est de tirer avec courage, la sonnette d’alarme »

KKS et Bédié

– Mercredi 12 Juin 2019 – « Très prochainement, je parlerai de faits troublants. D’abord, les conflits intercommunautaires, ensuite ce que recouvre le phénomène de l’orpaillage en Côte d’Ivoire. On fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages. S’ils sont armés, c’est pour servir à quoi ? Il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venus, nous agirons pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire sous le couvert de l’orpaillage. Nous dénoncerons aussi d’autres qu’on fait venir clandestinement. Cela se passe surtout dans la commune d’Abobo. Les gens rentrent, on leur fait faire des papiers et ils ressortent. Certains repartent et d’autres restent. Tout cela pour quel but ? Si c’est pour venir fausser les élections de 2020, nous voulons le savoir. Mais, nous traiterons de tout cela un jour, car les précédents doivent nous servir. Nous avons fait venir des étrangers dans nos plantations de cacao et de café, et ensuite les gens se sont installés à leur propre compte. Aujourd’hui, ils agressent les planteurs ivoiriens et se disputent même la propriété des terres. Cela devrait nous servir. Il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux. Car, actuellement, on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais, les Ivoiriens n’accepteront jamais cela », tels sont les propos tenus par Henri Konan Bédié lors de la réception des militants du PDCI-RDA à Daoukro le 05 juin dernier.

Lesdits propos sont sujets à polémiques les réactions fusent de partout tant dans la classe politique qu’au sein de la société civile.

Konan Kouadio Siméon dit KKS n’est pas en reste et dans une déclaration ce mercredi s’interroge : « pourquoi la dénonciation d’un forfait commis par un étranger devrait-elle être de nature à mettre en péril la stabilité du pays ? »

Selon le candidat à la présidentielle de 2015, Bédié avait le droit, en tant que Président de parti politique de donner à ses militants des informations qu’il dit tenir pour des faits avérés.

« Dès lors que ces faits graves mettent en cause des non nationaux et au regard du contexte sensible, le Président Bédié devait il s’abstenir de dénoncer ? Non c’est le rôle du leader politique de tirer avec courage, la sonnette d’alarme. A-t-il le droit entant que Président de parti politique et dans le cadre de ses activités d’envisager des actions pour faire cesser une situation jugée menaçante pour la paix sociale ? Oui c’est la responsabilité même d’un leader politique », admet le président d’Initiatives Pour la Paix.

Pour KKS qui a lu et relu l’élément vidéo du message de Bédié à ses hôtes, cherche la partie qui appelle à la « haine de l’étranger ».

« Pourquoi l’évocation du mot étranger devrait-elle ramener en Côte d’Ivoire à la haine de l’étranger et à la xénophobie ? » lance-t-il, avant de poursuivre.

« Pourquoi dénoncer des pratiques illégales et dangereuses pour les populations, dès lors qu’elles impliquent des non nationaux, doit vouer aux gémonies, à la damnation et aux pires formes de l’obscurantisme et de la terreur son auteur ? Et pourquoi la dénonciation d’un forfait commis par un étranger devrait-elle être de nature à mettre en péril la stabilité du pays ? La Côte d’Ivoire est-elle à ce point sous l’épée de Damoclès ? Les gouvernants ont le devoir d’éclairer le peuple, il comprendra alors mieux certaine position du gouvernement. Quid de ‘’l’unité nationale’’ qui pourrait être, elle aussi en péril ? Je croyais jusque-là que l’unité nationale était une affaire de citoyens d’une même nation. La déclaration m’apprend que non, là aussi, tout dépend de l’étranger, à moins que le gouvernement fasse là un subtil mais très dangereux amalgame du thème étranger. Il est évident en effet que quand le Président Bédié parle d’étranger, il parle bien entendu de non nationaux et non de citoyens ivoiriens qui ne sauraient être étrangers nulle part sur le territoire ivoirien. Les propos de Bédié ne visant pas les nationaux, l’unité nationale ne saurait en souffrir. »

KKS recommande au gouvernement de clarifier et de régler tous les sujets qui nous divisent et qui ont pour nom : la nationalité, le foncier, l’allocation équitable des ressources nationales, la laïcité de l’Etat etc., etc.

« Un débat national s’impose sur ces questions qui ne doivent pas être des sujets tabous. La concertation nationale inclusive que j’appelle de tous mes vœux depuis un an maintenant en sera le parfait cadre », a-t-il conclu.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook