Home Politique Côte d’Ivoire : «Privatisation» des CHU annoncée, Kipré dénonce un complot contre...

Côte d’Ivoire : «Privatisation» des CHU annoncée, Kipré dénonce un complot contre les populations vulnérables

Kipré

– Vendredi 15 Mars 2019 -Le Conseil des ministres du mercredi a adopté un projet de loi portant réforme hospitalière.

Selon le gouvernement, cette réforme repose sur la création d’une nouvelle catégorie d’Etablissement Public dénommé Etablissement Public Hospitalier (EPH), qui porte le malade au cœur du système et permet aux hôpitaux de fonctionner suivant un mode de gestion axée sur les résultats, en leur donnant les moyens d’offrir des soins continus, globaux et de qualité au meilleur coût.

« Ce projet de loi engage une réelle modernisation de la gouvernance, de l’organisation et du fonctionnement des établissements hospitaliers, compte tenu de la faculté reconnue aux EPH d’exercer suivant un mode de gestion privée. Ce modèle de gouvernance garantit la gestion optimale du patrimoine et la participation des établissements hospitaliers privés au service public hospitalier, tout en préservant son caractère social », a-t-on expliqué.

Le président de l’Union des Nouvelles Générations (UNG) réagi à ce projet de loi portant réforme hospitalière.

Selon Stephane Kipré, cette décision est un « complot contre les populations vulnérables. »

« J’ai beau relire les promesses électorales de M. Ouattara, je ne trouve nulle part la partie où il annonçait cette privatisation. Bien au contraire, il jurait la main sur le cœur que non seulement il améliorerait les services proposés et qu’il construirait d’autres CHU. En lieu et place de cette promesse, M. Ouattara a floué encore les pauvres ivoiriens. La communication du gouvernement qui consiste à faire croire qu’il n’y aura aucune incidence sur les coûts est un autre mensonge. Quand un privé investit, c’est pour faire des bénéfices et non du social », explique-t-il.

Enfin, le gendre de Laurent Gbagbo rappelle que, les CHU remplissent aussi une fonction de formation et de recherche dans le domaine de la santé, avant d’interroger. « Qu’en sera t- il désormais? La formation restera-t-elle gratuite?

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook