Home Politique Côte d’Ivoire : Plateau, Sidi Touré donne les vraies raisons de la...

Côte d’Ivoire : Plateau, Sidi Touré donne les vraies raisons de la non installation du conseil municipal

Le 13 décembre dernier après l’incendie à la Mairie du Plateau (ph )
– Jeudi 10 Janvier 2019 – Les raisons de la non installation du conseil municipal du Plateau sont désormais connues.

Le ministre de la Communication et des médias, porte-parole du Gouvernement a affirmé hier à l’issue de la réunion hebdomadaire du gouvernement que cette situation est liée à la procédure judiciaire engagée contre la tête de liste.

«Il n’y a rien à cacher, c’est l’exécution d’une procédure judiciaire normale. Il faut clarifier aussi que le maire n’est pas élu, mais plutôt un conseil municipal qui est élu. Il est donc un conseiller comme les autres. Aussi, installer un conseil municipal dans un tel contexte pourrait laisser freiner l’exécution de la mission judiciaire. C’est ainsi que légitimement, l’autorité a décidé d’activer la dérogation spéciale qui n’est que de courte durée le temps que la justice fasse ses preuves, » a expliqué Sidi Tiémoko Touré.

Selon lui, le conseiller municipal Jacques Ehouo Gabriel a été nommément cité et il estime que pour éviter un mélange de genre, il a été décidé que justice se fasse et que la procédure judiciaire aille jusqu’à son terme.

«Vous vous souviendrez que le Procureur de la République a été saisi à deux occasions relativement à des soupçons de mauvaise gestion au niveau de la mairie du Plateau. La première fois, c’était avant les élections municipales, » a-t-il ajouté.

Le porte-parole du Gouvernement a par ailleurs lancé un appel à Ehouo Gabriel de répondre aux convocations du Procureur de la République.

«Nous souhaitons lancer, un appel à ces personnes si tant est qu’elles n’ont rien à cacher, elles devraient se rendre disponibles auprès du Procureur de la République qui pourra les entendre et passer à une autre étape de la procédure afin que le conseil s’installe, » a insisté Sidi Tiémoko Touré.

Il a rappelé que la mise sous tutelle de la mairie du Plateau n’est pas une mesure exceptionnelle, mais il s’agit d’une dérogation spéciale.

«C’est une mesure prévue par la loi 1128 du 13 décembre 2012 en son article 43, » a déclaré le ministre de la Communication et des médias.

Sidi Touré a signifié que déjà en 1991, il y’a eu la commune de Bonoua et de Saïoua qui ont bénéficiés de cette disposition particulière qui est prise généralement lorsqu’une situation spécifique pourrait empêcher la continuation des prestations aux usagers est observée dans une localité. «Précisément pour la commune du Plateau, cette mesure rentre dans ce cadre. C’est une disposition transitoire, »a-t-il conclu.

Selon des informations en notre possession, les situations de Bonoua et de Saïoua seraient différentes de celle du Plateau.

«A Bonoua et à Saïoua, les conseils municipaux fonctionnaient déjà, mais ils ont été mis sous tutelle à cause d’un certain nombre de dysfonctionnement, » explique notre source.
Enfin, pour l’affaire du Plateau, en attendant de savoir si son immunité diplomatique sera levée, la Police économique a déposé mercredi une nouvelle convocation pour Jacques Ehouo à son domicile abidjanais (lire : https://www./cote-divoire-nouvelle-convocation-deposee-domicile-jacques-ehouo-126753.html )

Wassimagnon

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook