Home Politique Côte d’Ivoire : l’IFCI répond à Sidi Touré « la résurgence des...

Côte d’Ivoire : l’IFCI répond à Sidi Touré « la résurgence des mouvements de grève est due au mauvais fonctionnement du dialogue social »

– Lundi 11 Février 2019 – Dans le compte rendu du dernier conseil de gouvernement, Sidi Touré, porte-parole du gouvernement se prononçant sur les mouvements de grèves qui paralyse le secteur éducation formation ces dernières semaines avait relevé que le gouvernement a signé avec les organisations syndicales une trêve sociale et indiqué que la résurgence des grèves était un abus.

Répondant à Sidi Touré dans un communiqué transmis ce lundi 11 février 2019 à , l’intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (IFCI), estime que la résurgence des mouvements de grève est due au mauvais fonctionnement du dialogue social et la non-application des dispositions de la trêve sociale signée avec le Gouvernement en Août 2017.

« L’intersyndicale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (IFCI), le constat est sans équivoque : la résurgence des mouvements de grève est due au mauvais fonctionnement du dialogue social et la non-application des dispositions de la trêve sociale signée avec le Gouvernement en Août 2017. En effet, les revendications sectorielles à la base de la résurgence des mouvements de grève auraient pu trouver solution si les cadres permanents de dialogue avaient été mis en place et fonctionnaient normalement comme il est indiqué dans le protocole d’accord portant trêve sociale. Ces cadres de dialogue ne sont nullement des cadres de consultation sans réel pouvoir de décision comme c’est le cas au ministère de l’éducation nationale », précise Jean-Yves Abonga Koutouan, premier responsable de l’IFCI.

L’IFCI qui souhaite le dénouement de tous ces mouvements sociaux par le dialogue invite le gouvernement à s’inscrire dans une perspective de dialogue en y créant les conditions.

« L’IFCI exhorte le gouvernement à veiller à ce que des cadres de concertation soient installés dans tous les ministères techniques et dans les régions. L’IFCI rappelle si besoin est encore que la trêve sociale n’est pas synonyme de l’arrêt de l’activité syndicale en Côte d’Ivoire pendant 5 ans mais simplement le choix de la voie concertée pour trouver des solutions aux préoccupations des fonctionnaires de Côte d’Ivoire », conclut le communiqué.

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook