Home Politique Côte d’Ivoire : L’Ambassadeur Adom explique pourquoi l’Afrique doit disposer d’un siège...

Côte d’Ivoire : L’Ambassadeur Adom explique pourquoi l’Afrique doit disposer d’un siège permanent au sein du Conseil de sécurité de l’Onu

Adom à New York
.com – Mercredi 5 décembre 2018 – Un an et demi après la fermeture de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), le pays, membre non-permanent du Conseil de sécurité depuis le début de l’année 2018, va prendre la présidence tournante du Conseil pendant le mois de décembre.

Dans un entretien accordé au service de presse de l’ONU transmis à KOACI, le Représentant permanent de la Côte d’Ivoire auprès des Nations Unies, Léon Kacou Adom, a souligné l’honneur pour son pays, « après 26 ans de non présence au Conseil de sécurité, d’y être aujourd’hui et d’en assurer la Présidence au mois de décembre ». « Cela paraît comme un rêve, un rêve devenu réalité », a-t-il ajouté.

Abidjan a été élu à trois reprises membre non-permanent du Conseil de sécurité en 1964-1965 , 1990-1991 et 2018–2019).

Le diplomate ivoirien a indiqué que les priorités de la Côte d’Ivoire pendant sa présidence sont « essentiellement celles du Conseil de sécurité, à savoir le maintien de la paix et de la sécurité internationales ». Il a précisé qu’il y aurait notamment un débat organisé au Conseil le 5 décembre et qui sera présidé par le Président ivoirien Alassane Ouattara. Le thème sera ‘La reconstruction post-crise : paix, sécurité et stabilité’.

« Ce que nous voulons pour nous-mêmes en Côte d’Ivoire, nous le voulons pour le monde entier », a ajouté M. Adom, notant qu’on voit aujourd’hui « partout des points rouges qui clignotent » dans le monde.

La Côte d’Ivoire a été plongée dans une instabilité politique et militaire de 1999 à 2011 sous couvert d’ingérence politique étrangère principalement française et de volonté de deux présidents, Bedié et Gbagbo à vouloir s’éterniser au pouvoir.

La fin du mandat de l’ONUCI le 30 juin 2017, après 13 ans d’existence dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, est salué comme un succès du maintien de la paix de l’ONU.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, s’est félicité récemment du fait que « les pays qui avaient besoin du soutien des Casques bleus pour passer d’une situation de conflit à la paix jouent aujourd’hui un rôle important dans le maintien de la stabilité internationale, y compris la Côte d’Ivoire, en fournissant des soldats et des policiers à nos missions ».

La réforme du Conseil de sécurité au programme de la présidence ivoirienne

S’agissant de la réforme du Conseil de sécurité, Léon Kacou Adom a souligné que la Côte d’Ivoire allait s’efforcer pendant sa présidence en décembre de faire avancer cette question.

« Nous comptons le faire, mais pas tout seul, avec l’aide des autres pays », a-t-il dit. « La réforme de l’ONU s’impose à nous aujourd’hui ».

Le Représentant permanent a noté qu’en 2100, la jeunesse africaine comptera pour 40% de l’humanité et que l’Afrique atteindra près de 4,4 milliards d’habitants à l’horizon 2100, soit pratiquement une personne sur deux dans le monde.

« Comment pouvez-vous comprendre qu’un continent comme l’Afrique n’ait pas un seul représentant permanent au (Conseil de sécurité des) Nations Unies alors que l’Europe a plus d’un représentant », a-t-il dit. « Il y a quand même quelque chose de normal à rétablir ».

Lors du débat général de la dernière Assemblée générale, le Ministre des affaires étrangères ivoirien, Marcel Amon-Tanoh, avait déclaré lors d’un entretien à ONU Info que le Conseil de sécurité, dont la création remonte à 1945, « dans sa structuration actuelle ne correspond pas à la réalité du monde ».

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook