Home Politique Côte d’Ivoire : La procédure d’application du décret de grâce présidentielle pour...

Côte d’Ivoire : La procédure d’application du décret de grâce présidentielle pour 4200 détenus est en cours

– Lundi 12 Novembre 2018 – Graciés le 26 septembre dernier par le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, à l’issue d’un conseil de ministres, les prisonniers sont en attente de libération, et pour cause, la procédure est en cours comme l’apprend ce jour .

Il s’agit de 4200 détenus pour des délits mineurs.
Contrairement à des informations qui circulent chez certains confrères de la presse écrite depuis quelques temps avec l’évocation d’un plan volontaire du pouvoir pour retarder les libérations, nous apprenons de sources proches du dossier, que le délai observé entre l’annonce du décret en conseil des ministres et son application, est tout à fait normal, tout simplement lié à la procédure d’application dudit décret.
Pour rassurer tout ceux qui attendent la libération de leurs proches, on nous explique quasi pédagogiquement, que même lorsque un décret de ce type est signé, il faut ensuite le mettre en application, et cette mise en application nécessite des réunions avec les procureurs de la République et les régisseurs des 33 prisons du pays pour établir les listes.
Une procédure de prudence, entre autre, pour s’assurer que des détenus non concernés se glissent, comme ce fut un temps le cas, dans les listes.
En effet, par le passé des bandits de grand chemin avaient profité de grâce présidentielle pour se glisser dans les listes des bénéficiaires. Libérés, leurs victimes criaient au scandale voire à la corruption du ministre de la justice.

Le président Ouattara, a accordé la grâce présidentielle à 4200 prisonniers, en détention pour des délits mineurs, qui, soit se verront relaxés, soit bénéficieront d’une réduction de peine.

« C’est un acte de clémence et de pardon du chef de l’Etat, toutefois, il ne supprime pas l’infraction commise, ni le jugement ou l’arrêt de condamnation mais se limite à en atténuer les conséquences », avait clarifié le porte-parole du gouvernement, ministre Sidi Touré.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook