Home Politique Côte d’Ivoire : La ComNat-ALPC et l’ONUDC renforcent leurs capacités pour contribuer...

Côte d’Ivoire : La ComNat-ALPC et l’ONUDC renforcent leurs capacités pour contribuer à l’amélioration de l’environnement sécuritaire

La rencontre Abidjan-

– Samedi 11 Mai 2019-La Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération et la Circulation illicite des Armes Légères set de Petit Calibre (ComNat-ALPC) a, en partenariat avec L’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), organisé un atelier de formation sur les modèles standards de collecte de données sur les flux illicites d’armes à feu. La salle de conférence de la ComNat-ALPC a servi de cadre à cette importante rencontre.
L’atelier a regroupé les différents services des forces de sécurité qui saisissent les armes à feu et qui sont impliqués dans les enquêtes sur le trafic illicite des armes (Gendarmerie, Police Nationale, les Eaux et Forêts, les Douanes, le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme). 
Il est à noter que l’ONUDC a élaboré un ensemble de modèles standards de collecte de données sur les flux pour enregistrer les informations relatives aux armes à feu. Ceci pour appuyer la prise de décision fondée sur des connaissances concrètes contre la criminalité liée aux armes à feu.
Selon Mareike Buettner, Experte, l’objectif de l’ONUDC n’est pas d’imposer un quelconque modèle aux Etats mais de proposer aux autorités un outil qui peut servir à compléter ce qui existe dans le cadre de l’enregistrement des données sur les armes à feu pour aboutir à une centralisation des données afin de rendre les enquêtes efficaces.
Pour Jacques Ndour, Coordinateur régional du programme mondial sur les armes en Afrique de l’Ouest et du Centre : « Ces modèles servent à soutenir la génération ainsi que la consolidation des données collectées aux différents niveaux de la chaîne d’enquête et du système judiciaire ».
Au nom du Président de la ComNat-ALPC, le Préfet Hors Grade Kouadio Yao, le Secrétaire Exécutif, le Commissaire Divisionnaire-Major Léon Djokouéhi, s’est félicité de ce projet qui permet de réduire considérablement les flux illicites des armes, mais également de trouver une solution définitive à la collecte efficace des données.
Toutes ces actions contribueront fortement à l’amélioration de l’environnement sécuritaire en Côte d’Ivoire.
Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook