Home Politique Côte d’Ivoire : « Je regrette d’avoir porté Ouattara au pouvoir (…)...

Côte d’Ivoire : « Je regrette d’avoir porté Ouattara au pouvoir (…) J’irai au paradis en 2020 avec Soro au pouvoir », lâche un pro-Soro

Convoqué lundi 15 avril dernier pour être entendu par la police, El Hadj Mamadou Traoré devrait être à nouveau entendu ce vendredi 19 avril 2019, mais l’audition n’a pas eu lieu. Dans une publication sur les réseaux sociaux, ce proche de Guillaume Soro tente de donner les raisons du report de cette audition et fait des confidences sur son soutien au régime Ouattara. Ci-dessous l’intégralité de sa publication
Chers tous. Je sais que beaucoup de personnes sont impatientes de connaître la suite de mon audition qui était prévue pour aujourd’hui à 10h. Je suis au regret de vous informer que cela n’a pas pu avoir lieu aujourd’hui car hier soir, à mon bureau, j’ai eu une poussée de tension. Poussée qui m’a un peu fait perdre l’équilibre. Moi qui n’ai ni tension ni diabète. Cette poussée de tension est dûe au stress que j’ai vécu ces derniers temps.
Stress lié au choc du décès de mon père qui était mon ami, mon complice et mon confident. Je n’avais pas encore fini de gérer ce stress que deux jours après, je subi un autre stress avec ma convocation par la police. N’ayant pas fini de digérer ce second stress, l’une de mes mamans fait un malaise dû au choc de la perte de son mari et à la convocation de son fils que je suis. Choc que je dois gérer.
Nos mères sont tellement fragiles et sensibles qu’elles ne peuvent pas supporter de tels chocs! Surtout pendant leur période de veuvage. Surtout que je suis devenu le nouveau Django, le nouveau papa de la famille, en ma qualité d’aîné des enfants de Django.
Et comme si le destin voulait s’acharner sur moi, j’ai un jeune frère qui lui aussi vient de faire une crise de surmenage. Crise que je dois encore gérer. Sans compter le stress des nombreux appels téléphoniques des journalistes et des fonctionnaires des ambassades et des organisations internationales à qui j’ai transmis ma lettre ouverte. C’en était trop. Mon corps a craqué.
Ce corps qui n’est plus si jeune même si dans la tête je le suis. J’ai dû être soumis de force à un repos maladie de deux jours par mon médecin traitant qui m’a obligé à garder le lit pendant cette période afin de me reposer. Il m’a même interdit les téléphones. Mais comme je suis un malade rebelle, je ne me suis pas entièrement soumis à cette exigence.
J’ai dû donc informer le sympathique commissaire Begromissa Alain de cette situation de mon repos maladie. Il a pris acte de mon certificat. Mais le constat qui se dégage, c’est que la décision a été prise pour me faire arrêter. Aucun jour d’audition ne m’a été proposé.
Cela veut dire qu’à tout moment, on peut me kidnapper, peut-être pour une destination inconnue. Dans le meilleur des cas, ce sera à la Dst où on va me torturer pour me faire avouer des choses ou à la Maca. Je confie donc mon destin à Dieu car n’arrive à l’homme que ce qu’Il permet. A partir de cet instant, à tout moment, on peut m’arrêter et me faire ce qu’ils veulent. Tout simplement parce que je ne vois pas les choses dans la même direction qu’eux.
Ah que je regrette amèrement ce combat que j’ai mené pour les faire venir au pouvoir ! Ah que je regrette amèrement toutes ces années de sacrifice que j’ai enduré afin qu’ils parviennent au pouvoir ! Si c’était à recommencer, je ne le ferai plus jamais. Et je demande pardon à Dieu et aux ivoiriens pour ce combat que j’ai mené et qui a endeuillé beaucoup de familles. En ce Vendredi saint qui correspond à la djouma des musulmans et qui correspond au Vendredi saint de la Pâques, je décide de porter ma croix pour aller à Golgotha (Maca).
Et de ce Golgotha, j’irai au paradis en 2020 avec Guillaume Soro au pouvoir.
Bon djouma à toutes et à tous !
AMINE !
NB : le titre et le chapeau sont de la rédaction

Source : Ivoire Tv

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook