Home Politique Côte d’Ivoire : EDS plaide auprès de la «France Insoumise» le retour...

Côte d’Ivoire : EDS plaide auprès de la «France Insoumise» le retour de Gbagbo, Blé, des exilés au pays et la libération des prisonniers militaires

EDS vendredi à Paris (Ph )

–Vendredi 14 Juin 2019– Georges Armand Ouégnin président de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) a conduit une délégation à Paris.

Ce vendredi 14 juin 2019, la délégation d’EDS, a été reçue à l’Assemblée nationale Française par le parti de gauche « la France Insoumise », représenté à l’occasion par Eric Coquerel.

À cette rencontre, Georges Armand Ouégnin faisant cas de la situation sociopolitique délétère en Côte d’Ivoire a plaidé auprès de la « France Insoumise » de plaider auprès des députés Français la nécessité d’une véritable réconciliation dans son pays.

Cette réconciliation qui selon lui passe par la libération des prisonniers militaires, le retour des exilés politiques et celui de Gbagbo et Blé en Côte d’Ivoire.

« Nous sommes très heureux d’avoir échangé avec vous sur la situation sociopolitique dans notre pays la Côte d’Ivoire. À 18 mois des élections présidentielles, donc à la croisée des chemins, la Côte d’Ivoire va mal si l’on s’en tient aux violences intercommunautaires et au climat social délétère. Les élections à venir nécessitent que la réconciliation se fasse. Cette réconciliation impose le retour de Gbagbo, de Blé et de tous les exilés politiques qui sont hors de notre pays, la libération de tous les prisonniers militaires. Tous ces éléments doivent nous permettre d’aller en 2020 vers des élections apaisées. C’est un appel que nous lançons. Nous prônons le dialogue », a-t-il fait remarquer.

Eric Coquerel, représentant de la « France Insoumise », parti de la gauche Française s’est quant à lui félicité de cette rencontre. Il a également soutenu que c’est une nécessité que Laurent Gbagbo regagne son pays.

« Nous nous félicitons de la sortie du président Laurent Gbagbo de la Haye et nous souhaitons qu’il puisse vivement tourner dans son pays. La première condition c’est la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés. Nous exigeons avec vous le désarmement des milices », a-t-il soutenu.

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook