Home Politique Côte d’Ivoire: De nouvelles réformes annoncées pour revaloriser l’enseignement technique et professionnel

Côte d’Ivoire: De nouvelles réformes annoncées pour revaloriser l’enseignement technique et professionnel

91

Mamadou Touré-

– Vendredi 19 Janvier 2018 – A l’ occasion du lancement des Journées Portes Ouvertes de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, le Secrétaire d’Etat, Mamadou Touré a instruit son auditoire sur les grandes réformes en cours dans son département. C’était jeudi dernier, au lycée technique de Cocody.

« Nous allons remettre à niveau notre dispositif de formation professionnelle d’enseignement technique. Cela passera non seulement par des réformes en profondeur qui vont nous permettre dès la classe de CM2 pour ceux qui sont des élèves à aller en année préparatoire à faire le CAP. Après les deux ans, continuer directement pour faire le CAP avec le niveau 5ème. Pour ceux qui ne voudront pas poursuivre, avec les passerelles ils retourneront dans le circuit de l’enseignement général. Ce que nous voulons donner comme possibilité c’est que des jeunes qui commencent dans le dispositif de formation professionnelle qui pussent aller se former dans un autre domaine grâce aux passerelles. De même des jeunes qui sont dans d’autres filières notamment d’enseignement général qui ont un besoin de travail et qui veulent travailler doivent pouvoir avoir la passerelle pour venir faire des diplômes dans notre dispositif de formation et être opérationnel sur le marché », a-t-il informé ajoutant que cela constitue la grande réforme annoncée pour son secteur. Autre chose importante, a ajouté le Secrétaire d’Etat, c’est l’implication du secteur privé, des entreprises dans toutes les actions.

« C’est d’ailleurs pour cela que dès cette année, nous avons choisi 8 établissements où nous allions mettre en place un nouveau modèle de gouvernance. « Ces huit établissements seront coiffés par un comité de gestion de façon paritaire va réunir des représentants de l’Etat avec les collectivités territoriales. De sorte à ce que les filières de formations choisies par l’apprenant, il puisse avoir des comités de gestion dans les établissements. Le secteur privé, les entreprises qui travaillent dans ces filières vont aider la direction de l’Ecole à mieux articuler les formations, à mieux définir les curricula de formation », a soutenu l’ex-conseiller du chef de l’Etat. L’occasion a été saisie aussi par lui pour dénoncer le faible taux d’insertion des apprenants issus de son système.

« Nous avons fait une enquête avec l’aide de l’Union européenne qui a fait ressortir que seuls 14% des enfants qui sortent de notre dispositif de formation professionnelle, au bout de neuf mois, arrivent à avoir du travail. 14%, c’est insignifiant. 14%, c’est peu ! Nous sommes en train de développer des initiatives pour que nous puissions porter ce chiffre à 20% cette année, et l’année qui suit à 35%, et qu’à partir de 2020, au minimum, 50% de nos enfants qui sortent de notre dispositif après de neuf mois, puissent avoir du travail. Parce que la vocation de la formation professionnelle, c’est aider à améliorer votre employabilité et à renforcer notre capacité à avoir du travail rapidement », s’est-il engagé avant d’inviter la jeunesse de son pays à tourner le dos à la facilité en s’éloignant de tout ce qui peut porter un coup à leur réussite.

Donatien Kautcha, Abidjan
L’information ivoirienne en temps réel via l’appli Android (cliquez ici pour installer)
Ou Apple (cliquez et installez-la sur votre iPhone ou iPad)

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Frat Mat. Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.