Home Politique Côte d’Ivoire : Conflit inter-ethnique à Béoumi, le procureur au trousse des...

Côte d’Ivoire : Conflit inter-ethnique à Béoumi, le procureur au trousse des hommes politiques, religieux et chefs traditionnels impliqués

– Jeudi 23 Mai 2019 – Après la terreur vécue à Béoumi suite au conflit inter-ethnique entre communauté Malinké et Baoulé le Mercredi 15 Mai dernier du fait d’une altercation entre deux acteurs de transport des ethnies citées, qui a occasionné à ce jour comme bilan provisoire, 11 décès, 108 blessés, 300 déplacés et d’importants dégâts matériels ( véhicules brûlés, magasins pillés et incendiés…), Koné Braman, procureur près le tribunal de première instance de Bouaké, a ce Jeudi 23 Mai comme constaté sur place par , animé un point de presse relatif aux événements survenus à Béoumi.

Revenant sur les circonstances du drame, le procureur a fait savoir que « cette bagarre s’est transformée aussitôt après une accalmie, en un conflit inter-communautaire entre les ethnies Baoulé et Malinké suite à une forte rumeur faisant état de ce qu’un Dioula avait tué un Baoulé, ce qui était du reste de l’intox (…) Suite à ces événements survenus les 15, 16 et 17 Mai 2019, le procureur près le tribunal a ouvert une enquête à la brigade de gendarmerie section recherche de Bouaké.

À ce jour, 18 personnes ont été interpellées et sur la base de leurs aveux, le corps sans vie du chauffeur Traoré Daouda alias Daodjan a été retrouvé et déposé à la morgue.»

En précisant que les armes utilisées, contrairement à ce qui se dit sur des armes de guerre employées, « sont exclusivement des fusils de chasse traditionnelle.»

Le procureur a ajouté que l’enquête se poursuit en vue de rechercher les meneurs et surtout ceux qui ont planifié et coordonné ces tueries car pour lui, « ces événements ont créé l’émoi au sein de la population alors qu’à l’origine, il s’agit d’un fait banal et coutumier dans les gares routières. Nul n’ignore que Bouaké est la capitale des moto-taxis et que des faits similaires à l’origine des évènements de Béoumi se produisent quasiment tous les jours mais la ville de Bouaké n’a jamais connu de conflit inter-communautaire.»

Expliquant que l’altercation qui a eu lieu entre un chauffeur Malinké et un conducteur Baoulé a été un prétexte, le procureur Koné Braman a mis en garde tous ceux qui propagent des discours de haine car à l’en croire, « le parquet de Bouaké ne va pas hésiter un seul instant à arrêter toutes personnes qu’elles soient hommes politiques, chef religieux ou chefs traditionnels qui incitent une ethnie à attaquer une autre par des propos haineux.»

T.K.Emile

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook