Home Politique Côte d’Ivoire : CNI, orpaillage, le gouvernement reconnait que Bédié vient d’enfoncer...

Côte d’Ivoire : CNI, orpaillage, le gouvernement reconnait que Bédié vient d’enfoncer une porte déjà ouverte mais n’exclus pas des poursuites à son encontre

Sidy
– Mercredi 12 Juin 2019 – Après le communiqué du gouvernement relatif aux propos tenus par l’ancien Président de la République, Aimé Henri Konan Bédié au cours d’une rencontre avec les militants PDCI de Koumassi à sa résidence de Daoukro, l’actuel Président de la République a réagi aujourd’hui au cours de la réunion hebdomadaire du Gouvernement.

Le porte-parole du Gouvernement a porté l’information à la presse à la fin du conseil des ministres.

« Le Président de la République, Alassane Ouattara a fait une déclaration solennelle relativement à la déclaration maladroite et inopportune de l’ancien Président Henri Konan Bédié. Cette déclaration a pour objectif de prendre les Ivoiriens à témoin. En effet, nul n’est supposé être au-dessus de la loi. Les uns et des autres devraient en tenir compte et mesurer par conséquent leurs propos et attitudes au vu de la sensibilité du contexte de cohésion nationale et de vivre-ensemble que nous souhaitons pour notre Nation, » a déclaré Sidi Tiémoko Touré.

Sans toutefois révéler la teneur de la déclaration du Président de la république, le ministre de la Communication a choisi de commenter les propos du Président du PDCI-RDA.

« A cet effet, il faut qu’il y ait une ligne rouge à ne pas franchir dans les propos des uns et des autres. Nonobstant les appétits politiques et les intérêts égoïstes des uns et des autres, nous appelons les acteurs politiques et la communauté nationale à préserver le minimum c’est-à-dire la cohésion sociale et le vivre-ensemble tels que prônés par le président Félix Houphouët-Boigny et opérationnalisés dans le programme du gouvernement par le président Alassane Ouattara et le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. C’est une forte annonce et un appel pressant que nous faisons à l’endroit de tous les acteurs nationaux et les leaders d’opinion à œuvrer pour la cohésion sociale et la solidarité entre les différentes communautés nationales, » a-t-il expliqué.

Lors des échanges avec la presse, poursuivant sur sa lancée, le porte-parole du Gouvernement a ajouté qu’il était interloqué par rapport à la déclaration de l’ancien Chef de l’Etat.

«Nous sommes tous pour la plupart interloqués par rapport aux propos d’un ancien chef d’Etat qui supposé être un homme d’Etat. Quand on a exercé une fonction à un certain niveau on doit avoir de la mesure et surtout œuvrer pour la cohésion sociale, et le vivre-ensemble. Les propos qui ont été tenus n’honorent pas la personne qui les a tenus. Ces propos appellent à la dislocation du tissu social et la cohésion qui existent déjà en Côte d’Ivoire. Cet appel pressant qui est lancé à son auteur et tous ceux qui voudraient suivre cette voie afin de leur faire comprendre qu’en Côte d’Ivoire nul n’est au-dessus de la loi quel que soit son statut. Tout le monde peut s’attendre à répondre devant la loi au vue des règles qui régissent le bon vivre-ensemble communautaire. Autant nous avons été choqué, autant le chef de l’Etat à lui-même été choqué. C’est un appel du cœur qu’il a lancé à tous les concitoyens, » a mentionné M. Touré.

A la question de savoir si le Chef de l’Etat a officiellement réagi aux propos de Henri Konan Bédié, ou cette question a été évoquée seulement en conseil.

Le porte-parole du Gouvernement qui avait pourtant annoncé que le Chef de l’Etat avait fait une déclaration s’est «rétracté. »

«Le cas a été évoqué en conseil, maintenant nous suivrons l’actualité en espérant que les uns et les autres reviennent à la raison. Mais en tout état de cause, ceci n’est pas acceptable de la part d’un ancien chef d’Etat, » a-t-il indiqué.

L’Etat prévoit-il des poursuites judiciaires contre Henri Konan Bédié ?

«Nul n’est au-dessus de la loi, » a répondu le ministre de la Communication et des médias.

Le gouvernement a-t-il un élément contraire aux propos de Henri Konan Bédié sur la fraude sur la Carte nationale d’identité et les orpailleurs ?

«Le président Henri Konan Bédié vient d’enfoncer une porte qui était déjà ouverte par le gouvernement en la matière, puisque ce n’est pas nouveau. Nous ne nous voilons pas la face sur le fait qu’il y a quelques orpailleurs clandestins sur toute l’étendue du territoire et c’est à cet effet d’ailleurs qu’il a été mis en place une brigade de répression. Vous vous souviendrez de la brigade répression aux infractions du code minier. Cette brigade est opérationnelle depuis décembre 2019 déjà. Elle a fait un point de l’avancement des travaux mais surtout des réquisitions qui sont en cours. Pour nous ce n’est pas un élément nouveau. Il en est de même pour la problématique sur la fraude sur l’identité. Ce n’est pas exclusif à notre pays. Il y a des éléments qui apparaissent çà et là, mais que nous arrivons à juguler dans le travail quotidien de l’Etat.

C’est d’ailleurs, ce qui justifie entre autre le fait que l’Etat de Côte d’Ivoire ce soit engagé dans la mise en place d’un registre national d’identification des personnes physiques (RNPP). En réalité ce sont des chantiers déjà ouvert par l’Etat de Côte d’Ivoire. Ce qui est nouveau par contre et qui n’est pas acceptable, c’est l’instrumentalisation politique de ces différents enjeux sensibles. C’est ce que nous n’acceptons pas. C’est sur ce fait que cet appel a été lancé à l’ancien président Henri Konan Bédié, pour qu’il demeure l’homme d’Etat qu’il devrait être,» a conclu, Sidi Tiémoko Touré.

Wassimagnon

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook