Home Politique Côte d’Ivoire : Après sa démission de l’Assemblée nationale, des jeunes cadres...

Côte d’Ivoire : Après sa démission de l’Assemblée nationale, des jeunes cadres de Grand Lahou et des Grands Ponts félicitent et soutiennent Soro

– Dimanche 10 Février 2019 -La démission de Guillaume Soro de l’Assemblée nationale est-elle salutaire ? L’on serait tenté de répondre par l’affirmative. En tout cas, c’est le constat fait par dans une déclaration libellée ce samedi 9 février 2019 à Yopougon par des jeunes cadres fils de l’ancien cercle de Grand Lahou, du Lô Djiboua , du Gbôklè et des Grands Ponts. 

A les en croire, Guillaume Soro demeure leur choix pour conduire les destinées du navire ivoirien à partir de 2020.

Côte d'Ivoire : Après sa démission de l'Assemblée nationale, des jeunes cadres de Grand Lahou et des Grands Ponts félicitent et soutiennent Soro

Regroupés au sein d’une association en gestation, des cadres pour la plupart originaires du Lô Djiboua, du Gbôklè et des Grands Ponts se sont réjouis de la déclaration de Guillaume Soro annonçant son départ de l’hémicycle. 

En effet, pour M. Léonard Niaba, le porte-parole de l’association, la démission du député de Ferké constitue à n’en point douter « une fierté nationale. Guillaume Soro n’est pas un anonyme : il est du Nord à majorité musulman, il est chrétien, a fréquenté au Sud, est marié à une femme de l’Ouest, il a pour parrain politique Laurent Gbagbo, il est le protégé du président du PDCI-RDA Henri Konan Bédié, il a eu à son actif trois (3) présidents (Gbagbo, Ouattara et Bédié) avec lesquels il a plus ou moins eu à travailler, mais aussi son passé glorieux de syndicaliste(FESCI). » Toutes raisons selon M Léonard Niaba qui constituent « un vecteur essentiel pour la réconciliation, pour la paix et la restauration de la dignité ivoirienne. » 
Selon toujours l’ex membre du cabinet du président Mamadou Koulibaly (LIDER) , depuis le deuxième tour des présidentielles de 2010, « la Côte d’Ivoire est divisée , les ivoiriens ne se reconnaissent plus »; Guillaume Soro serait pour lui l’homme de la situation en raison du fort métissage culturel, religieux , régional et surtout ses qualités intrinsèques d’homme politique ayant permis de sortir de la crise qu’a connue la nation ivoirienne : « L’homme a ses bras , à l’Ouest, au Sud , à l’Est , au Centre et au Nord . C’est pourquoi, de manière collégiale et spontanée, nous avons décidé de lui accorder nos voix à l’élection présidentielle de 2020 ! » Ce choix aux dires de ces jeunes cadres se justifierait par l’attention que prête l’ancien président de l’Assemblée nationale au Lô Djiboua , au Gbôklè sur les fléaux environnementaux qui dévastent toute la région : « Nous avons une embouchure qui est délaissée, le village passe sous les eaux ; pourtant Grand Lahou a été le cercle de grands trafics commerciaux , Sassandra avec tous ses édifices , le Lô Djiboua avec toute la production cacaoyère et les denrées alimentaires ; toute cette région est délaissée. 
Et pour nous qui avions côtoyé le président Guillaume Soro et sommes de sa génération, l’homme a su étendre ses tentacules. » Tentacules qui font référence aux différentes propositions de nominations opérées au début de 2011 : « Guillaume Soro bien qu’étant fils du Nord, a pu nommer des personnalités venant de différentes régions de la Côte d’Ivoire.
 C’est cela qui nous rassure. Et les échanges avec nos parents montrent fort qu’il est le porte flambeau, la seconde chance. Et nous pensons que le second miracle économique ivoirien sous l’ère Soro sera une réalité. » 
Face à la vague d’intimidations orchestrées par des kidnappings, des arrestations et assassinats, l’homme et ses camarades disent ne rien craindre : « Depuis les années 90, nous avons parcouru les prisons. Et comme disait un homme politique de ce pays, la prison représente pour l’homme politique ce que représente une chambre de noces pour le marié.
 Ce n’est pas une fatalité. De la prison, l’on peut arriver à la magistrature suprême et vice versa. » Ayant conscience du danger, l’homme en appela à l’apaisement car pour lui, la politique est comme un ensemble de jeux : « Nous invitons ceux qui ne sont pas du même bord politique que le président Guillaume Soro à plus démocrates ; car la roue politique est cyclique, elle tourne bel et bien. Quand vous arrêtez des gens, quand vous voulez faire taire des gens, est ce que vous êtes conscient qu’un jour, vous ne serez plus au pouvoir ? »

 
 

KOUAME

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook