Home Politique Côte-d’Ivoire : A Marcory des partisans de Georges Monney crient eux aussi...

Côte-d’Ivoire : A Marcory des partisans de Georges Monney crient eux aussi à la fraude et bloquent des rues

La vague de protestation des résultats proclamés par la Commission électorale indépendante (Cei) se poursuit. Mercredi 17 octobre 2018, ce sont des partisans de Georges Yves Monney, candidat indépendant à élection municipale à Marcory, qui ont manifesté dans les quartiers de la commune. Ils ont organisé une marche qui est partie du Quartier général (Qg) de leur candidat, au quartier Brou Konan Fulgence (Bkf), jusqu’au feu de « Massarana », avant de revenir audit Qg. Sur leur passage, ils ont considérablement perturbé la circulation, bloquant plusieurs voies de cette commune.

Ils étaient plusieurs dizaines de manifestants, sifflets à la bouche pour certains, à crier leur colère, mais surtout à réclamer la victoire de leur candidat. « On ne veut pas de ces élections ! », « On reprend ces élections ! », « Non à la fraude! », « On nous a volés! », scandaient les marcheurs, encadrés par des policiers à bord d’un véhicule de type pick-up. Des femmes âgées, des jeunes femmes et des jeunes hommes ont manifesté sous le chaud soleil, battant le macadam.

« Je voulais dire merci à la population de Marcory qui s’est levée aujourd’hui, pour manifester, un sentiment tout à fait normal, à savoir la déception face à la publication des résultats qui ne reflètent pas, selon les populations, leurs attentes. Cette population attendait de me voir être élu au terme de cette élection. Ce à quoi nous avons assisté, ce n’est rien d’autre que de la tricherie à outrance », a dénoncé M. Monney annoncé perdant à l’élection municipale à Marcory selon les résultats de la Commission électorale indépendante (Cei). « Et si on continue comme ça, la Côte d’Ivoire est en danger. Il est tout à fait légitime pour ces populations de demander la reprise de ces élections parce que nous avons été victime de haute tricherie, d’empêchement de vote, de tripatouillages et ce qui est encore plus grave, ce dont nous avons droit dans le cadre de ce scrutin, on nous l’a retiré, à savoir l’usage du listing électoral par nos représentants dans les Bureaux de vote. On n’a pas voulu que le suivi se fasse pour une élection transparente. C’est donc légitime que la population manifeste », a-t-il soutenu les manifestants au cours d’une rencontre avec la presse, en fin d’après-midi, ce mercredi.

Par ailleurs, il a informé que son Qg a été attaqué, vers 3 h du matin, mercredi, par des individus à motos. « Il y a eu des petites casses, j’ai fait faire un constat de police. Tout cela pour vous dire que c’est dommage. On ne peut pas vouloir s’imposer à la population quand les faits sont très clairs. Nous croyons qu’il y a une justice qui sera rendue dans la vérité et dans la sincérité », a-t-il affirmé, annonçant qu’un recours a été déposé auprès de la Cour suprême. « Nous avons confiance en la justice, ce recours va absolument aboutir pour une reprise effective de ces élections parce que ce qui s’est passé, c’est inacceptable et nous ne pouvons pas admettre que les choses se passent ainsi », a martelé le candidat Georges Yves Monney.

Hervé KPODION

Légende : Ces manifestants ont réclamé la reprise des élections à Marcory, dénonçant une fraude massive.
Code photo : Monney partisans dans photothèque.
(Ph. Dr)

Commentaires

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site connexion ivoirienne.

 

Commentaires Facebook