Home Politique Affaire un vice-gouverneur refuse d’obtempérer à Yamoussoukro en Côte-d’Ivoire: Koblavie Dibi se...

Affaire un vice-gouverneur refuse d’obtempérer à Yamoussoukro en Côte-d’Ivoire: Koblavie Dibi se défend

Dans un courrier adressé à la rédaction de Yakronews.net, suite à la publication d’un article paru dans ses colonnes 16 octobre 2018 relatif à la dissolution du conseil du district autonome de Yamoussoukro, Koblavi Dibi Jean François, 5ème Vice-Gouverneur a tenu à porter une réponse aux faits le concernant.

Selon Koblavi Dibi Jean François, l’article affirmant « qu’il se trouve être un Ivoirien, citoyen de la commune de Yamoussoukro, indiscipliné, insoumis, voleur, ingrat et traitre », il souhaite porter une réponse à tout ce qui lui est reproché par la rédaction du journal en ligne et « le commanditaire » de l’article.
« Je tiens à vous informer que le gouverneur Augustin THIAM en raison de l’élection des conseillers municipaux des communes de Yamoussoukro et Attiégouakro le 13 octobre 2018 a adressé une note de service N°040/DAY/SP aux vice-gouverneurs dont l’objet est la suspension des activités du bureau du conseil du district constitué, de Monsieur Augustin THIAM, des 5 vice-gouverneurs ainsi que des deux secrétaires et non du district autonome de Yamoussoukro commune stipulé dans votre article.

Monsieur le rédacteur, sachez qu’après une élection des conseillers municipaux dans un district, le conseil dudit district, dont 2/3 émanent des conseillers municipaux, sont caducs selon des textes en vigueur.
Le gouverneur Augustin THIAM, dans sa note de service N°040/DAY/SP a demandé aux cinq Vice-gouverneurs de déposer leur véhicule de fonction auprès de la direction générale de l’administration.
Je n’ai pas refusé d’obtempérer.
J’ai reçu cette note de service le 16 octobre 2018 et la voiture se trouvant à Abidjan j’ai demandé au chauffeur du district de bien vouloir la retourner après la révision technique.

Monsieur le rédacteur, pour votre propre gouverne, j’ai demandé au directeur général de l’administration de m’indiquer les textes en vigueur qui régissent un tel évènement. Aucun texte en vigueur à cet effet. C’est pourquoi j’ai adressé un courrier le 17 octobre 2018, au directeur général de la décentralisation et du développement local, de bien vouloir m’édifier en l’occurrence car il semble qu’en cas de suspension des activités du bureau du conseil, il aurait fallu que les clés de nos bureaux et les dossiers en souffrance soient remis au directeur général de l’administration du district.
L’administration du district autonome se doit de continuer de travailler si tant est que les vice-gouverneurs doivent demeurer à la maison.

Ou se trouve le cas d’indiscipline ???

Je vous rappelle qu’après le passage éclair des véhicules de deux vice-gouverneurs au domicile de Monsieur Augustin THIAM, le gouverneur a demandé aux chauffeurs des dits véhicules de les retourner aux vice-gouverneurs concernés.

Deuxièmement
Quant à ma candidature à l’élection des conseillers municipaux (tête de liste) de la commune de Yamoussoukro, j’ai décidé de ne pas m’inscrire, dans le processus de désignation des représentants du RDR.
Le processus consiste à établir une lettre de candidature et un engagement pris par le postulant à ne pas, en cas de non désignation par le parti, compétir avec une étiquette indépendante.

Je ne me suis pas inscris dans un tel processus et ainsi j’ai fait le choix d’être candidat indépendant. J’avais le droit de le faire. Je n’ai pas remis en cause le choix du gouverneur THIAM et du ministre DIARRASSOUBA Souleymane. La direction du RDR a été informée verbalement durant une séance de travail en présence de Monsieur ASSIENIN Koffi de mon choix.

Monsieur le rédacteur, sachez que dès lors que vous n’optez pas pour le processus de désignation mis en place par le RDR vous êtes libre de choisir votre étiquette et moi j’ai choisi l’étiquette indépendante.
Je ne me suis jamais opposé au Président d’honneur du RDR.

Ou se trouve l’insoumission dont vous parlez ???

Troisièmement
Je ne suis pas sous-marin (je vous cite) du candidat du PDCI car j’ai dit au maire KOUAKOU Gnagbé Jean et au gouverneur THIAM Augustin que cette année 2018, en raison de la pomme de discorde qui demeure entre eux et l’état de délabrement de notre ville, Yamoussoukro ; je souhaiterais être maire pour relever les nouveaux défis de développement.

Monsieur le rédacteur, je suis économiste administrateur et, depuis le décès du président Félix Houphouët Boigny, je me suis mis à la disposition des habitants de Yamoussoukro pour apporter ma modeste contribution à l’édification de notre cité.

Il m’est loisible de vous demander de dire au commanditaire de cet article diffamatoire d’assumer sa responsabilité dans mon échec à cette joute électorale.

Malheureusement, pour le commanditaire, son candidat a également échoué malgré les millions déversés dans la cité, selon ses propres dits.

J’ai en ma possession les mails sulfureux qu’il m’a adressés.

Monsieur le commanditaire, soyez responsable de vos actes ; quant à moi, je continue mon combat pour redorer l’image de notre ville et contribuer à l’amélioration du bien-être des habitants de notre cité, Yamoussoukro.

Quatrièmement
Monsieur le rédacteur, sachez qu’en 2005, je n’ai pas été limogé ainsi de mon poste de Directeur de l’Office Ivoirienne du Tourisme et de l’Hôtellerie.
Pour rappel, j’ai été, de 1990 à2002, le Directeur de la SIPRA COQIVOIRE et, durant mon passage, en toute modestie, j’ai été bon gestionnaire. Mon licenciement de cette structure par le Directeur général d’alors trouve sa raison dans mon engagement politique au RDR.
De 2003 à2005, j’ai intégré le ministère des Tourisme où j’ai occupé plusieurs postes.

J’ai occupé le poste de Directeur à Côte d’Ivoire Tourisme (ancien OITH) . Mon départ ne trouve sa raison dans aucun détournement de fonds.

J’ai quitté le ministère du Tourisme d’alors en raison d’une incompréhension entre le ministre et moi.
Le ministre d’alors m’a révoqué du poste de Directeur de la Structure et m’a nommé en qualité de Chef de Cabinet.

J’ai jugé responsable de mettre fin à ma collaboration avec le ministre afin de permettre à celui-ci d’accomplir la mission qui lui a été assignée, dans sa vision.
Je vous conseille de prendre contact avec le Directeur des affaires administratives de Côte d’Ivoire Tourisme pour analyser ma comptabilité durant mon passage dans cette structure.

Où se trouve le cas détournement ???

Cinquièmement
Monsieur le rédacteur, je ne suis point frustré car après mon départ, j’ai travaillé sans ménager aucun effort pour l’implantation du RDR sur l’étude du territoire Ivoirien.
J’ai occupé durant cette période le poste de secrétaire national adjoint chargé de l’implantation du RDR.

Monsieur le rédacteur sachez que je suis heureux d’avoir travaillé pour que le RDR soit un grand parti politique bien structuré et bien implanté dans notre pays; et ce fut un travail colossal.
Je vous demande de dire au commanditaire que son poste actuel est dû à mon travail, et au sang versé de nos compagnons de lutte; et qu’il se doit d’être humble et respectueux de la mémoire de nos disparus.

Je réitère mes remerciements à son excellence Monsieur le Président Alassane OUATTARA de m’avoir nommé vice-gouverneur.

Monsieur le rédacteur,

Jean-François KOBLAVI DIBI, fils de Seman Djangokro Akoue Yamoussoukro n’est pas un traite et ne mangera jamais le pain rassis de la trahison et des fruits de l’ingratitude »

Jean-François KOBLAVI-DIBI

Commentaires

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site connexion ivoirienne.

 

Commentaires Facebook