Home People Conflit foncier à Agboville : Nayanka Bell escroquée et trahie pas ses...

Conflit foncier à Agboville : Nayanka Bell escroquée et trahie pas ses avocats

Le conflit foncier qui oppose Nayanka Bell à des personnes à Agboville, sera rejugé devant une autre Cour. Même si l’artiste ivoirienne de renommée internationale savoure ‘’une petite victoire’’ en ce moment, due à la décision prise par la Cour Suprême de suspendre sa condamnation de 3 ans d’emprisonnement ferme, elle désespère cependant de 6 de ses avocats.

Le mercredi 27 juin 2018, dans un restaurant au Plateau, elle a dénoncé ces hommes de loi qui, selon elle, l’ont ‘’escroquée et trahie’’ dans cette affaire qui continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. En tout cas, c’est une Nayanka Bell très remontée, qui a volé dans les plumes de ses avocats censés la défendre dans ce conflit. Au nombre de 6, l’artiste a affirmé qu’aucun n’a joué franc jeu, malgré les millions de F Cfa qu’elle a décaissés, et qu’ils empochaient dûment pour bâtir sa défense. A l’en croire, c’est en 2008 qu’un procès en pénal lui a été intenté par des personnes, pour ‘’destruction de plants faits de mains d’hommes’’. Convaincue de détenir la vérité, mais aussi pour mettre la chance de son coté, explique-t-elle, elle s’attache les services d’un avocat. Elle lui verse des millions de F Cfa que celui-ci lui demande pour plaider sa cause. Mais les choses, au dire de l’artiste, ne vont pas se passer comme elle l’espérait.

« Malheureusement, pendant que je suis en procès, je suis victime d’un grave accident de la circulation qui me paralyse pendant un an. Pendant ce temps, le procès se poursuit en Côte d’Ivoire. Mais contre toute attente, l’avocat engagé pour ma défense brille par son absence dans la continuité du jugement. N’étant pas défendue, j’ai été condamnée à payer à mes adversaires, la somme de 6,6 millions F Cfa », révèle l’artiste. C’est quand un huissier s’est présenté à elle en 2016, avec une facture de 6,6 millions de F Cfa représentant les dommages et intérêts à payer à ses adversaires, qu’elle se rend compte que l’avocat n’était pas présent lors des différentes audiences.

Mieux, l’huissier menace de mettre la main sur ses biens si elle ne s’exécute pas. C’est supportant difficilement les conséquences des actes de son premier avocat, qu’en 2016, elle est une fois encore poursuivie dans une affaire similaire, sur ses terres. Cette fois-ci, elle est accusée d’avoir détruit des plantations d’autrui. La belle artiste engage 3 avocats pour le pénal et le civil. Ils sont, selon Nayanka Bell, payés chèrement pour sa défense.

‘’Refus des avocats de confier le dossier à un autre’’

« Après avoir empoché l’argent, l’un de mes avocats, qui venait pour me défendre, se déporte sans me donner d’explications. Le deuxième, après avoir empoché l’argent, n’a pas daigné venir me représenter. Quant au troisième, il m’a craché au visage, pour me dire qu’il n’a pas envie de travailler avec mes autres avocats. Il ne prend donc pas les audiences, et ne dépose pas sa plaidoirie et ce, après s’est-il fait payer à des millions de F Cfa », raconte amèrement l’artiste ivoirienne. Avec ces nombreux revers, Nayanka Bell était loin de s’imaginer qu’un autre coup fatal l’attendait. En effet, l’un des plaignants dans l’affaire des 160 millions de F Cfa d’amende à payer, sur conseil, porte une autre plainte contre elle au tribunal d’Agboville. Au dire de Nayanka Bell, l’avocat sollicité en pénal pour défendre ce dossier, va se comporter comme ses 4 autres collègues. Après le jugement, a-t-elle rapporté, l’avocat va lui promettre de faire appel. Malheureusement, l’homme de droit ne va pas traduire sa parole en acte, et l’artiste sera condamnée à payer 40 millions F Cfa au plaignant qui a porté plainte contre lui au tribunal d’Agboville.

« L’avocat du pénal qui m’a défendu dans cette autre affaire, m’a promis de faire appel. Malgré que je sois débordée par le procès d’Abidjan qui m’avait condamnée à payer 160 millions de F Cfa, j’étais convaincue que l’avocat suivait l’affaire au tribunal d’Agboville. Il ne cessait de me faire croire qu’il allait faire appel et tout », explique l’artiste. Mais depuis 3 jours, elle a fait l’amer constat que son avocat l’a tournée en bourrique, et qu’il n’a jamais fait appel, concernant le procès d’Agboville. « Il n’a fait que me mentir. Il n’a jamais fait appel. La preuve, l’affaire a été jugée, et je dois payer 40 millions de F Cfa au plaignant. Donc si ça se trouve, bientôt, je serai poursuivie pour le paiement des 40 millions de F Cfa parce que mon avocat n’a pas joué son rôle », a indiqué l’auteure de la chanson ‘’Iwassado’’, avant de préciser qu’il y a une autre avocate qui devrait suivre son dossier dans le cadre de son accident de circulation qui a failli la paralyser à vie.

Celle-ci, selon ses dires, un an après avoir empoché la somme d’un million de F Cfa, n’a jamais défendu son dossier. « J’espère que les actes posés par mes 6 avocats ne resteront pas impunis. Parce que je n’ai pas fini de faire face à la procédure pénale dans l’affaire de forêt qui m’oppose à mes adversaires. Cette affaire semble avoir été ficelée pour me faire tomber. Je suis dans la tourmente, mais la décision prise par la Cour suprême, de suspendre ma condamnation à 3 ans de prison ferme, et de réduire le montant des dommages et intérêts à 70 millions de F Cfa sur les 160 millions réclamés par les plaignants, me donne de l’espoir. Il y a aussi mon nouvel avocat, Me Dogbo Martin, qui a permis que la Cour suprême demande que l’affaire soit rejugée en ma présence, me réconforte également », a conclu toute heureuse, Nayanka Bell.

LINFODROME

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site 225 news

 

Commentaires Facebook