Home Life style Sodomie : 8 règles pour la pratiquer sans risque

Sodomie : 8 règles pour la pratiquer sans risque

576
SHARE

Douleurs, hémorroïdes, fissures... Vous aimeriez essayer la sodomie mais vous craignez des effets secondaires douloureux ? Vous vous y déjà adonnez régulièrement ? Cette pratique peut être source de plaisir intense pour les deux partenaires à conditions de suivre ces 8 conseils indispensables.

Ne pas trop se laver

Pas d'inquiétude : après un passage aux toilettes, le rectum est normalement vidé donc propre et vous n'y trouverez aucune trace de selles. " Normalement, une hygiène classique quotidienne suffit donc pour pratiquer la sodomie, qui n'est pas « sale » " , rassure Sylvain Mimoun, sexologue. Mais les deux partenaires doivent se sentir à l'aise : prendre une douche en nettoyant la zone anale avec un savon doux ou un produit nettoyant sans savon avant peut permettre par exemple de se sentir plus "propre".

Poire à lavement : attention aux intestins

Puisqu'en dehors du moment où l'on va aux toilettes, la zone du rectum est propre, la présence de résidus de selles sur le pénis ou le préservatif pendant la pénétration anale est possible mais rare.

" Il n'est donc pas nécessaire de pratiquer un lavement avant ", rappelle le médecin. Mais si l'idée d'une présence de selles vous bloque ou que vous avez déjà eu une mauvaise expérience, cela reste une possibilité pour se rassurer. Le principe est d’insérer de l’eau tiède (et rien d'autre) dans l'anus à l’aide d’une poire à lavement ou d’accessoire se branchant directement sur le pommeau de douche, puis de l’évacuer aux toilettes sans attendre plus d’une minute, au moins 1 heures avant le rapport.

Attention : les lavements doivent rester occasionnels, au risque de perturber l'équilibre de la flore rectale et intestinale.

Attention au passage pénétration anale vers vaginale

Lorsque l'on passe d'une pénétration anale à une pénétration vaginale, le transfert de bactéries du rectum vers le vagin peut occasionner des infections urinaires ou vaginales (cystites et vaginites à colibacilles).

Pour éviter la transmission de germes, il faut donc systématiquement changer de préservatif lorsque l'on passe de la pénétration anale à la pénétration vaginale. Si vous n'utilisez pas de préservatif, avec un partenaire de longue date par exemple, mieux vaut pratiquer la pénétration vaginale avant la pénétration anale ou pratiquer une petite toilette du pénis entre les deux.

Attendre un peu après une épilation

Certains préfèrent épiler la zone anale et péri-anale pour la rendre plus"nette", notamment avant une sodomie mais attention aux lésions.

Que faire ? Mieux vaut procéder à l'épilation quelques jours avant (et non immédiatement avant) la sodomie. En effet, cette zone étant très fragile, l'épilation ou le rasage peuvent entraîner des petites lésions invisibles à l'oeil nu (ainsi que des démangeaisons, voire plus bas), qui sont autant de portes d'entrée aux différentes infections et maladies sexuellement transmissibles.

Prudence en cas de démangeaisons

Les démangeaisons anales sont assez fréquentes et les causes peuvent être multiples (hémorroïdes, infection, irritations, frottements des sous-vêtements synthétiques...).

Si vous souffrez de démangeaisons, mieux vaut éviter de pratiquer la sodomie en attendant d'en soigner la cause et de calmer le prurit, car là-encore, le fait de se gratter peut entraîner des micro-lésions et une plus grande fragilité de la zone aux infections.

Ne pas zapper le préservatif

La zone anale est celle qui présente le risque le plus élevé de transmission d'infection sexuellement transmissible, notamment du VIH, car les muqueuses y sont plus fragiles et sensibles aux micro-lésions.

Le préservatif s'impose donc aussi pour la sodomie avec des partenaires occasionnels ou un nouveau partenaire, afin d'éviter toute contamination, qu'elle soit bactérienne ou virale.

Utiliser un gel pour limiter le risque de lésions

" Pour éviter toutes lésions et saignements, qui peuvent favoriser la transmission des infections ou MST, il est indispensable de bien préparer la zone anale, d'abord en y allant toujours progressivement et sans forcer" , rappelle le Dr Mimoun.

La sodomie ne doit pas engendrer de douleur et pour une pénétration en douceur, l'utilisation d'un gel lubrifiant, à appliquer à la fois sur le pénis et à l'entrée de l'anus, est recommandée.

Que faire ? Mieux vaut opter pour des produits adaptés, spécial "sodomie", à base de silicone (et non à base d'eau qui s'évapore plus vite) pour un effet lubrifiant qui dure plus longtemps. Certains contiennent également des actifs relaxants pour favoriser la détente et la pénétration. Ces lubrifiants sont vendus par les marques de préservatifs (Durex, Manix, Intimy, etc...) en supermarchés et pharmacies ou sur les sites internet dédiés aux préservatifs.

 

 

Source : medisite.fr

 


Source : Femme Afrique