Home International Gabon : masse salariale en hausse, production en baisse, SUCAF au bord...

Gabon : masse salariale en hausse, production en baisse, SUCAF au bord de la faillite

Libreville (Africapostnews) – La Sucrerie africaine du Gabon (SUCAF Gabon), entreprise localisée dans la province du Haut-Ogooué (sud-est) et spécialisée dans la production de sucres raffinés est au bord du précipice. L’entreprise qui emploie 280 personnes cumule les pertes année après année et son outil de production est vieillissant.

Chaque année SUCAF Gabon, la filiale du groupe français SOMDIAA, creuse ses pertes de 2 milliards FCFA. Au premier trimestre 2018, la production de sucre transformé de l’industriel était en baisse de 24,5% passant de 5 254 tonnes au T1 2017 à 3 964 tonnes au T2 2018. La production de sucre en morceau a même baissé de moitié (-45,7%) plombant le chiffre d’affaires de l’entreprise qui a chuté de 8,4%.

Alors que les pertes s’accumulent, l’entreprise n’a cessé d’accroitre sa masse salariale qui s’est accrue de 41,3% au premier trimestre 2018. C’est dans ce contexte que les responsables de l’entreprise ont sollicité du gouvernement gabonais l’obtention de 6 000 hectares de terres supplémentaires dans la province du Haut-Ogooué pour accroitre la production nationale de sucre de canne et atteindre les 40 000 tonnes par an.

En outre l’entreprise sollicite de l’état gabonais qu’il lui concède une augmentation des prix et intervienne pour limiter les charges sociales de l’entreprise qui accumule des arriérés de paiement à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Avant la réunion qui s’est tenue entre le ministre gabonais de l’économie, Jean-Marie Ogandaga, et le directeur général de SUCAF, Benoit Simon, en fin de semaine dernière, les dirigeants s’étaient ouverts sur la situation de l’entreprise à Eloi Nzondo, tout juste nommé gouverneur de la province du Haut-Ogooué.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Afrique Post News ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook