Home International Côte d’Ivoire, vers une réforme de l’armée?

Côte d’Ivoire, vers une réforme de l’armée?

82

Deux fois en une semaine, Bouaké a de nouveau été le théâtre, les 5 et 9 janviers derniers, de violents tirs à l’arme lourde suite à des incidents entre militaires et les éléments du CCDO.

Ces tirs à l’arme lourde du côté de Bouaké ont creusé davantage le fossé de la confiance entre la population et son armée, en témoigne les différentes réactions dans la capitale économique ivoirienne.
« La population a peur de son armée, ce que nous voulons s’il y a des revendications il faudrait utiliser la méthode qui sied… »
« L’armée a perdu de sa valeur franchement je ne suis plus fier de l’armée de mon pays. »
« Il y a eu un mouvement de départ volontaire je crois que c’est pour donner un nouveau visage à notre armée. »Au sujet de ces incidents, Oslwald Padanou enseignant chercheur en science politique au centre d’édification de la paix à Abidjan estime qu’il y a encore « un besoin d’améliorer la chaîne de commandement, de faire en sorte que la discipline prévalent au sein des forces armées de sécurité publique et que des logiques de clans, de rivalité puissent enfin disparaitre et laisser la place à une armée cohérente républicaine. »

Pour dompter les vieux démons de l’armée ivoirienne, Koffi Silvère, président de la section ivoirienne du Réseau d’action sur les armes légères en Afrique de l’Ouest propose qu’il faut que « les forces armées comprennent quel est le plan du gouvernement pour eux tel que contenu dans la loi de programmation militaire. Donc la question de la vulgarisation. Deuxième proposition; c’est que la question de sécurisation des armes soit renforcée et il faut que la question de la cohésion au sein des forces soit renforcée. »

Rétablir la confiance

Tel doit être le défi de la hiérarchie militaire selon l’enseignant chercheur Oswald Padanou « les forces armées fonctionnent sur les impôts des contribuables, c’est leur devoir de fournir un service de sécurité de qualité et cela passe par la discipline et la soumission aux autorités notamment » estime t’il.

C’est ce que dit autrement koffi Silvère du Réseau d’action sur les armes légères en Afrique de l’Ouest « la sécurité aujourd’hui ce n’est pas exclusivement le rôle des forces armées c’est aussi et surtout une contribution de la société civile en terme d’information d’échanges et de renseignements. »
Le gouvernement ivoirien a adopté une loi de programmation militaire pour 2016 à 2020. Ainsi plus de 2254 milliards Francs CFA seront dépensés pour la financer.

En savoir plus sur http://www.dw.com/fr/c%C3%B4te-divoire-vers-une-r%C3%A9forme-de-larm%C3%…

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Africatime. Ivoire times n’est pas l’auteur de contenu de cet article.