Home International Bénin : la nouvelle taxe sur l’utilisation des réseaux sociaux boycottée les...

Bénin : la nouvelle taxe sur l’utilisation des réseaux sociaux boycottée les internautes

19

Actualité Bénin – En août dernier, le gouvernement béninois a décidé de faire passer le décret n°2018-341 portant contribution sur la consommation des services de communication électronique des réseaux ouverts au public. Cette mesure vise à augmenter les tarifs de certains opérateurs mobiles sur l’utilisation des réseaux sociaux, une taxe directement reversée à l’État. Une décision qui a suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux et une demande collective de boycotter les pages institutionnelles du gouvernement.

Plusieurs pays africains ont fait appliquer cette mesure malgré le mécontentement de la population. Il s’agit par exemple de l’Ouganda qui a instauré en avril dernier une taxe similaire pour lutter contre les commérages. Le Sénégal est également sur cette voie avec la probable entrée en vigueur d’une loi jugée liberticide.

Un décret qui provoque une polémique et de nombreuses critiques du gouvernement

Le gouvernement béninois a introduit une taxe sur l’utilisation des réseaux sociaux. L’accès aux réseaux sociaux tels que Facebook où Twitter coûtera beaucoup plus cher. Cette décision a poussé une vague de contestation non seulement auprès des internautes, mais aussi au niveau des associations qui qualifieraient l’acte comme étant une entrave à la liberté d’expression. Ce décret sur l’imposition d’une taxe de 5 francs CFA par mégaoctet pour l’accès aux services over-the-top (OTT) a été rendu public au mois d’aout.

Cette taxe retenue sera reversée à l’État après avoir été recueillie auprès de deux opérateurs de  téléphonie mobile notamment Moov (filiale du groupe Etisalat) et MTN (opérateur sud-africain). Selon le gouvernement, la décision aurait été prise pour compenser les pertes financières de certaines entreprises. Le ministre béninois de l’Économie et des Finances s’est expliqué en ces propos : « nous sommes dans un modèle où la valeur du secteur chute. Les entreprises du télécom perdent de l’argent, l’État perd de l’argent ».

Une décision boycottée par la jeunesse internaute béninoise

Cette mesure a provoqué une indignation auprès des associations de la société civile et suscité une polémique auprès des internautes qui sont les principaux concernés qui trouvent les nouveaux tarifs scandaleux. Un exemple de tarifs d’offre internet par l’opérateur internet Moov attesté par l’Autorité de régulation des communications électroniques (ARCEP) qui semblerait exagérée par les associations. Un accès de deux gigaoctets coûtera aux internautes 15.000 francs CFA contre 4.000 francs CFA pour l’offre internet sans réseaux sociaux.

Franck Kouyami, président du Forum sur la gouvernance de l’Internet et porte-parole d’un groupe d’associations a déclaré que : «nous sommes contre cette mesure qui va exclure du marché de l’accès à internet et aux réseaux sociaux des personnes qui n’ont pas les moyens de payer des tarifs aussi cher.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Cette mesure va à l’encontre du sacro-saint principe de neutralité du Net  ». Par le hashtag « #TaxePasMesMo », les Béninois veulent boycotter les pages institutionnelles du gouvernement sur les réseaux sociaux pour faire entendre leurs voix. Lors d’une interview il y a quelques jours, Marie-Cécile Zinsou, présidente de la fondation d’art contemporain Zinsou, s’est exprimée en ces mots « on se retrouve dans une situation absurde, taxer internet c’est une façon de dire à la jeunesse qu’elle n’a aucune chance ». Le gouvernement semble vouloir maintenir cette mesure malgré le boycott qui s’intensifie sur les réseaux sociaux.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Afrique Post News ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook