Home Faits divers Angré/drame: Il meurt en tombant du 3e étage d’un immeuble

Angré/drame: Il meurt en tombant du 3e étage d’un immeuble

Sur ces faits rapportés par nos sources, on apprend que par ces temps de galère, Konan Ladji Frédéric, ouvrier spécialisé dans la maçonnerie, est aux anges lorsqu’il décroche un contrat sur un chantier de construction d’un immeuble. C’est à Angré, dans les environs de la Cité Gestoci.

Au moins, en tout cas, cela va lui permettre de renouer amitié avec ses poches. Des poches qu’il ne fréquentait plus, parce que sachant ne pas y trouver ce qu’il souhaite tant. Ainsi, c’est chaque fois tout heureux qu’il part de chez lui, pour se retrouver sur ce chantier, en compagnie d’autres ouvriers dont chacun joue sa partition.

Et le jeudi 28 mars 2019, Konan Kadji Frédéric est encore à la tâche. Perché au 3e étage du bâtiment, il fait étalage de son talent avec sa truelle qui est en train de crépir le mur. Il s’encourage au passage en fredonnant des chansons de son terroir. Des chansons franchement, que même un producteur « deux pour cinq Francs », n’oserait promouvoir.

C’est juste bon pour animer un concert de paysans païens avec lesquels Dieu s’est quand même montré généreux, en faisant tomber la pluie pour leur assurer une bonne récolte.

Mais si Dieu espère en retour qu’ils vont lui être reconnaissants en allant le louer, il pourra attendre que les coqs poussent des dents. Ou même, il peut toujours reprendre sa pluie. Parce que ce n’est pas sûr que ces gars se débarrassent de leurs « ceintures de sécurité » effrayantes, qui entourent leurs reins. Eux ont déjà juré fidélité à qui on sait.

Pour en revenir au pauvre Konan Ladji, il revient alors que sa journée est partie pour s’achever, que son destin bascule soudainement. C’est que l’une des planches de l’échafaud sur lequel il se tient, se casse. La suite est triste. Dans un vol plané depuis le 3e étage, le malheureux vient violemment chuter contre le sol.

C’est là que ses collègues le découvrent grièvement blessé. Et tous, en état de choc, arrêtent le travail. Puis croyant le sauver, ils l’évacuent en direction du Chu de Angré. Malheureusement, au cours de ce transfert, la vie lâche Konan Ladji Frédéric.

Les éléments de la police alertés, arrivent et procèdent à un constat d’usage. Puis le corps est déposé à la morgue de l’Hôpital militaire d’Abidjan (Hma). Le pauvre est mort, sans avoir touché son fric qu’il espérait tant.

KIKIE Ahou Nazaire

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Infodrome ». Ivoire Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook