Home Economie Téléphonie mobile : la Côte d’Ivoire enregistre un taux de pénétration de...

Téléphonie mobile : la Côte d’Ivoire enregistre un taux de pénétration de 100% avec 24,5 millions d’abonnés

77

Le ministre ivoirien de l’Economie numérique et de la Poste, Bruno Nabagné Koné a déclaré, jeudi, à Abidjan à l’ouverture du 15è Forum sur la régulation des télécommunications /TIC en Afrique, que son pays a atteint un taux de pénétration du mobile de 100%, comptabilisant ‘’24,5 millions d’abonnés’’ sur le territoire national.

Pour le ministre Bruno Koné, ces chiffres témoignent du niveau de ‘’maturité’’ de la Côte d’Ivoire en matière d’économie numérique, depuis 2011.

Rappelant les lois structurantes et les cadres réglementaires qui ont permis l’accessibilité des TIC, il a souligné que le secteur de l’Economie numérique connait un essor très appréciable en Côte
d’Ivoire.

Pour preuve, ‘’le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile est passé de 16 millions en 2011 à 24,5 millions à fin 2015. Soit un taux de pénétration de 100%. Celui des abonnés à l’Internet est passé de moins de 200.000 à huit millions sur la même période’’, a indiqué M. Koné.

‘’ L’on enregistre huit millions d’utilisateurs de mobile money pour une transaction journalière de 15 milliards FCFA’’ a-t-il ajouté, se réjouissant que ce secteur, ‘’générateur d’emplois et de ressources,
satisfait particulièrement les plus hautes autorités du pays’’.

Pour Moustapha Diaby, ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique de la Guinée, les TIC sont des ‘’valeurs puissantes pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés par nos chefs d’Etat’’, exprimant, au passage, ‘’la compassion’’ du peuple guinéen à la Côte d’Ivoire pour le ‘’lâche’’ attentat terroriste dont elle a été victime à la mi-mars.

Le Forum qui prend fin, vendredi, s’articule autour des ‘’défis liés à la réglementation dans une société de l’information sans frontière’’ et se décline en dix sessions avec des thématiques précises pour chacune d’elles.

Africatime CI

Commentaires Facebook