Home Economie Côte d'Ivoire-"Paradis d'Abidjan": La totalité du financement acquise auprès des bailleurs de...

Côte d'Ivoire-"Paradis d'Abidjan": La totalité du financement acquise auprès des bailleurs de fonds arabes, 282 milliards à décaisser

83
SHARE

Le projet projet de valorisation et de développement de la baie de Cocody, désigne expressément "Paradis d'Abidjan" vue sa beauté et son caractère très ambitieux, peut désormais être considéré comme un rêve qui sera à coup sûr réalisé.
En effet, organisé par le ministère auprès du Premier ministre chargé » de l’Economie et des Finances, en collaboration avec le ministère des Infrastructures, la table ronde des bailleurs de fonds arabes en vue du financement de ce dossier, qui s’est tenue ce mardi 19 juillet à Abidjan, hôtel Ivoire, a été couronnée de succès.

Selon un communiqué de la Primature, à l’issue des travaux qui ont duré de longues heures, qui ont surtout consisté en la présentation détaillée des différents projets, Ahmed Chouaid, chef de la division coopération et programme de la Banque arabe pour le développement arabe, a indiqué que les membres de la coordination arabe des bailleurs de fonds ont décidé de mobiliser à 100% les besoins de financements exprimés. Des besoins estimés à 282 milliards de Fcfa, selon les chiffres livrés par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan à l’entame des travaux, qui seront pris en charge par les bailleurs de fonds arabes ; sous la forme d’un prêt à un taux concessionnel de 1% avec un différé de 10 ans et un délai d’exécution de trois ans. Ahmed Chouaid a annoncé que ce projet qui constitue un modèle de coopération arabo-africaine au plan technique et financier va démarrer par la composante ouverture de l’embouchure de Grand Bassam. D’ailleurs une mission d’évaluation de la BADEA débutera ses travaux dès ce mercredi pour déterminer les possibilités de financement de cet important projet.

Le ministre auprès du Premier ministre chargé de l’Economie et des Finances, Koné Adama, a exprimé la gratitude de l’Etat ivoirien à toutes les institutions financières qui ont bien voulu manifester un intérêt pour ce projet, en annonçant leurs contributions. Je souhaite donc vivement que toutes les intentions de financement se traduisent assez rapidement en mobilisation effectives de ressources, et pourquoi pas au-delà des promesses faites. BADEA, Fonds kowétien, Fonds saoudien, Fonds d’Abu Dhabi, etc. Persuadé que les institutions financières qui ne se sont pas prononcés au cours de la table ronde ne tarderont pas à se rejoindre dans un futur proche. Le ministre des Infrastructures, Patrick Achi, s’est dit heureux de l’engagement des bailleurs de fonds arabes aux cotés de la Côte d’Ivoire pour la réalisation de projets dont l’impact socioéconomique est immense.

Outre le projet de la Baie de Cocody, des baies et berges lagunaires, le Premier ministre Kablan Duncan a souligné que de nombreux projets sont en cours de réalisation à Abidjan, dans le cadre de la facilitation de la circulation des personnes et des biens et pour l’amélioration du cadre de vie des Ivoiriens. Notamment le projet d’élargissement du boulevard lagunaire d’un coût de 8,4 milliards de FCFA ; le prolongement du boulevard de France redressé jusqu’au boulevard Mitterrand pour 18,7 milliards de FCFA ; la réalisation de la liaison boulevard Latrille-Hôpital de Angré - Saint Viateur - Riviera Palmeraie pour 11 milliards de FCFA ; l’aménagement du côté mer de l’autoroute de Bassam, pour 2,2 milliards de FCFA ; l’élargissement du Boulevard de Marseille pour 24 milliards de FCFA, en cours de révision ; l’élargissement de la voie Niangon–Sideci-nouveau quartier à Yopougon pour 4 milliards de FCFA ; la construction du pont Yopougon – Adjamé Sebroko pour 126 milliards de FCFA ; la construction de l’Echangeur de l’Amitié ivoiro-japonaise, au carrefour Solibra, pour un montant de 25 milliards F/CFA, etc. Il a exhorté les porteurs de fonds arabes à s’intéresser à bien d’autres projets – dans les domaines des routes, des ports, des aéroports, du chemin de fer, de l’énergie, de l’eau, des nouvelles technologies de l’information et de la communication - qui n’attendent que des financements pour être matérialisés, afin de contribuer à l’émergence de la Côte d’Ivoire d’ici 2020.

Armand Tanoh


Africatime CI