Home Economie Côte d’Ivoire: Jean Marie Koné du Forum des Chefs d’entreprises fait l’Etat...

Côte d’Ivoire: Jean Marie Koné du Forum des Chefs d’entreprises fait l’Etat des lieux du secteur privé, «Rien ne va plus»

31
SHARE

Jean Marie Koné

– Jeudi 01 Juin 2017 –Le président du Forum des Chef d’Entreprises de Côte d’Ivoire (FCE-CI), Jean Marie Koné tire la sonnette d’alarme pour le secteur privé.

Dans un entretien qu’il a bien voulu accorder à KOACI.COM, le PDG de « Technopole Holding » a indiqué que, rien ne va plus dans ce secteur.

Il s’est aussi prononcé sur le gré-à-gré dans l’octroi des marchés publics, dénoncé le mutisme de la chambre de commerce, ainsi que la question de la fiscalité qui est un frein pour les entreprises.

Ci-dessous l’intégralité de l’interview…

KOACI.COM : Pourquoi l’idée de fédérer alors qu’ils existent déjà plusieurs organisations pour les entreprises ?

Nous constatons évidemment aujourd’hui que plusieurs pays africains traversent une période difficile, mais le gouvernement et les entreprises ivoiriennes sont confrontés à leurs propres difficultés, il y a une pression à la baisse sur notre activité économique. Alors aujourd’hui, la plus grande urgence, c’est de rechercher la complémentarité, de travailler ensemble pour trouver une solution. Avant que nous créions le FCE-CI, les entreprises étaient lourdement déficitaires, les emplois étaient menacés.

KOACI.COM : Que peut apporter de mieux le Forum par rapport à ce qu’ils aient déjà donné de voir dans le pays ?

Il existe de très nombreuses associations qui apportent leur aide au développement local; la plupart sont connues et reconnues. Elles œuvrent souvent en collaboration avec des institutions en place, Notre association diffère un peu de celles-ci ; en effet, nous ne travaillons pas avec des institutions en place mais avec des entreprises de confiance qui sont des relais, des ponts entre nous et ces entrepreneurs.

KOACI.COM : Comment est organisé le Forum et quels sont ses objectifs à court et moyens termes ?

La création du FCE-CI constitue un des leviers stratégiques pour promouvoir l’entrepreneuriat et l’inclusion active. Il est composé de 30 commissions structurelles de la politique de l’entreprise gage de cohésion économique dont les objectifs visent à réduire les écarts de développement existants.

KOACI.COM : Quel est le nombre exact à ce jour de ces adhérents ?

Le Forum des Chefs d'Entreprise de Côte-d’Ivoire (FCE-CI) a été créé en octobre 2016 par un groupe de patrons. Il veut contribuer à l’instauration de l’esprit d’entreprise au sein de l’économie ivoirienne, et défendre les intérêts des entrepreneurs. Jean Marie KONE, jeune entrepreneur ivoirien et PDG de TECHNOPOLE Holding en est le premier président.
L’association est ouverte aux entreprises privées ivoiriennes, aux entreprises étrangères de droit ivoirien et aux entreprises publiques. En mai 2017, le FCE-CI revendique 400 entreprises adhérentes de tous secteurs confondus.

KOACI.COM : Quelles sont les difficultés que vous rencontrez en tant que responsables d’entreprises ?

Nous décrions le manque de financement de leurs activités par les banques, la "rigidité fiscale" et le manque d’appui institutionnel qui les obligent à "fonctionner sous pression".
"Cette situation que nous vivons, c’est parce que notre Chambre de commerce est en léthargie depuis quelques années. Elle ne fonctionne pratiquement pas.
L'administration ivoirienne essaie de copier la rigueur de l'administration française de naguère. Non seulement le contexte ivoirien actuel est complètement différent de celui de la France des trente glorieuses, mais même si elle réussit, nous observons que la bureaucratie française a détruit le tissu économique français. La Chambre de Commerce ne représente qu'elle-même et s'est sclérosée en une autre bureaucratie inappropriée pour la concertation nécessaire entre le législatif, l’exécutif et l’économique. Certes le politique doit se donner les moyens des ambitions qu'il affiche mais les entrepreneurs doivent aussi s'organiser en véritable force de proposition et de mise en œuvre et choisir des représentants compétents, dynamiques et responsables.


KOACI.COM : Dans l’octroi des marchés publics, on parle souvent du gré-à-gré, cela n’est –il pas un danger pour les entreprises ?

A vrai dire, rien ne va plus pour le secteur privé. Les entreprises privées ivoiriennes «chôment», actuellement, que nous mettons le doigt sur le nouveau et pointilleux code des marchés publics et les cahiers des charges rigoureux qui font que la taille des chantiers ne leur permet pas de soumissionner, favorisant ainsi les entreprises étrangères à arracher les contrats. Le FCE-CI a proposé une alternative qui consiste à créer, «en toute légalité, des groupements d´entreprises privées pour faire face aux grandes entreprises étrangères de Chine et d´Europe et aux mentors économiques nationaux et tenter par-là de décrocher des marchés quelque peu porteurs sinon c´est la «mort lente» pour elles.

KOACI.COM : Que comptez-vous faire au sein du Forum pour mettre fin à cela ?

Le FCE-CI propose des groupements forts d’entreprises privées pour contrer la concurrence étrangère et les mentors économiques nationaux (des autorités qui ont des sociétés privées et qui travaillent sous l’anonymat).

.COM : Les mutineries, grèves et mouvement sociaux sont aussi un frein au développement à l’éclosion des entreprises, avez-vous songé à prendre des mesures nécessaires ?

Nous constatons «l´abandon» des entreprises privées par l´Etat, ce dernier «n´a pas pris en considération leur désastreuse situation économique et financière alors qu´elles arrivent à peine à se relever de la décennie noire». Durant cette période, peu d´occasions de réalisation et de travail étaient offertes pour des raisons de sécurité évidentes. Aujourd´hui, avec le plan de relance économique et les opportunités de travail qui se présentent, l´Etat qui les avait abandonnées, devrait les accompagner et étudier leurs préoccupations

: votre dernier mot ?

Aujourd’hui, plus que jamais, le FCE-CI est prêt et disposer à collaborer avec le secteur privé, à être à l’écoute de ses préoccupations et souhaits et à œuvrer pour son développement. Son rôle important de créateur de richesses s’associe parfaitement à la mission de développement économique et social de la Côte-d’Ivoire.

Interview réalisée par Donatien Kautcha, Abidjan
Suivez l'évolution de l'actualité en temps réel avec notre application mobile Android (cliquez et installez la sur votre mobile)


Source : Koaci