Home Economie Côte d’Ivoire : Voici comment évolue le service de la dette du...

Côte d’Ivoire : Voici comment évolue le service de la dette du pays, selon le ministre Adama Koné

14

Adama Koné jeudi à Yamoussoukro-

– Samedi 22 septembre 2018 -En dépit des assurances des autorités ivoiriennes, la question de la dette ivoirienne continue de faire débat au sein des experts économistes.

Ce sujet est revenu lors d’un entretien accordé par le ministre de l’Economie et des Finances, Adama KONE, au site pro-gouvernemental.

L’ancien directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) a une nouvelle fois rassuré ses compatriotes sur cette question en expliquant que, à fin décembre 2017, le service de la dette totale s’élevait à 1 448,2 milliards de FCFA. Il va croître de 2,6 % en moyenne par an sur la période 2018-2022 pour ressortir à 1 602,4 milliards de FCFA en 2022.

« Cette croissance est à mettre en rapport avec le financement du PND 2016-2020. Ainsi, le service de la dette extérieure rapporté aux recettes budgétaires ressort à 12,2 % en 2017, avec un niveau annuel moyen de 11,7 % sur la période 2018-2022, pour une norme internationale de 18 %. Quant au service de la dette extérieure rapporté aux exportations, il est estimé à 7 % à fin 2017, avec un niveau annuel moyen de 8 % sur la période 2018-2022, pour une norme internationale de 15 %. Ces différents ratios sont en deçà de leur norme. La soutenabilité de la dette ivoirienne est donc une réalité », a-t-il rassuré.

A en croire Adama Koné, selon les analyses de viabilité de la dette du pays réalisées par les services compétents ivoiriens et le Fonds monétaire international (FMI), le risque de surendettement de la Côte d’Ivoire reste modéré au cours de la période 2018-2038. Aussi bien sur la dette publique extérieure que sur la dette publique totale.

« Afin de renforcer la résilience du pays face aux chocs éventuels, le gouvernement s’applique, d’une part, à l’amélioration de la compétitivité des entreprises locales, et d’autre part, à la poursuite les réformes relatives à l’assainissement du cadre macroéconomique et à la gestion des finances publiques. Ce renforcement de la résilience se fait à travers des mesures structurelles portant sur l’amélioration du climat des affaires, afin de soutenir l’investissement privé et le développement du tissu économique. Il y a également la mise en œuvre de la Stratégie de Gestion de la Dette à Moyen Terme (SDMT) pour contenir les coûts et risques du portefeuille, notamment le risque de taux de change entre l’euro et le dollar américain. Il faut y ajouter l’ensemble des réformes entreprises, en vue d’améliorer la qualité des politiques et institutions publiques. Toutes choses qui permettent à la Côte d’Ivoire d’être classée parmi les pays ayant de bonnes perspectives et de relever ainsi les seuils et points de référence indicatifs des ratios d’endettement. La transformation structurelle de l’économie devrait, à terme, permettre au pays de se prémunir contre certains chocs extérieurs ou de les surmonter », a souligné Adama Koné.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook