Home Economie Côte d’Ivoire: Les commerçants disent non à l’annexe fiscale 2018 et menacent...

Côte d’Ivoire: Les commerçants disent non à l’annexe fiscale 2018 et menacent de paralyser les activités commerciales

117

–  Vendredi 12 Janvier 2018 -La Fédération nationale des acteurs du commerce de Côte d’Ivoire n’est pas du tout contente de l’annexe fiscale 2018, présentée le mardi 9 janvier 2018 aux acteurs du secteur privé.

Le PCA de la FENACCI, Farikou Soumahoro a exprimé, ce jour, son mécontentement à la presse, affirmant que toutes les taxes instaurées vont faire fuir les entreprises.

Selon lui, face à cette situation, certains commerçants s’installeront dans l’informel afin d’échapper à la pression fiscale.
Le PCA observe que dans l’annexe fiscale 2018, la suppression du Réel simplifié et désormais les opérateurs et entreprises seront classifiés comme suit.
Il s’agit de l’impôt synthétique pour un chiffre d’affaires compris entre 10 millions et 50 Millions de CA avec un taux d’imposition de 5% du CA.
Les chiffres d’affaires compris entre 50 millions et 100 millions de CA avec un taux d’imposition de 8% du CA.
Le réel normal dont le chiffre d’affaires est compris entre 100 millions et plus de CA. L’’impôt sur le bénéfice passe de 3 millions à 5 millions payable en 2 tranches.
Les acteurs du commerce observent également que tous les bilans doivent être visés par un expert comptable dont les honoraires oscillent autour d’un million au moins.
«Ces nouvelles dispositions semblent ne pas prendre en compte les entreprenants dont le chiffre d’affaire a été définis de 0 à 5 millions, » a déploré M. Soumahoro.
Face à cette situation la FENACCI appelle les autorités à plus de « lucidité », car les ivoiriens souffrent des nombreuses taxes qui constituent de plus en plus un boulet à leur épanouissement.
«La vie est déjà chère et de telles mesures ne viennent qu’en rajouter à la cherté de la vie. Pendant que nous militons pour que les acteurs de l’informel rentrent dans le formel, nous comprenons difficilement que des mesures soient prises pour briser l’élan de ceux qui ont souhaité s’inscrire dans un cadre réglementaire, » a ajouté le PCA.
Il est convaincu que cette mesure aura un impact certain sur les Petites et moyennes entreprises (Pme) et constituera un frein à l’immatriculation fiscale des entreprises du secteur informel.
En d’autres termes, selon Farikou Soumahoro, cette disposition, amènera les opérateurs à se maintenir dans l’informel.
Le PCA a rappelé que l’Annexe fiscale de la Loi de Finance de 2005, instituant la facture normalisée posait problème et à cette époque la FENACCI s’était opposée à des dispositions qui les paraissaient incohérentes au regard de certains textes réglementaires, et de l’environnement général des affaires.
«Face aux tumultes sociaux que cette mesure suscitait ça et là, le Président de la République d’alors avait appelé les commerçants à la table de négociation, » a prévenu M. Soumahoro.
En tant qu’organisation citoyenne, la FENACCI ne voudrait pas que «les mesures inopportunes adoptées par l’Etat dans l’annexe fiscale 2018 viennent perturber la stabilité sociale. »
C’est pourquoi, elle interpelle, les autorités ivoiriennes à revisiter cette mesure qui « s’apparente à un étranglement fiscal systématique. »
«Les acteurs du commerce membres de notre fédération attendent. Si rien n’est fait dans les meilleurs délais, les commerçants menacent de se faire entendre. Et la fermeture des magasins n’est pas exclue, » a lancé le PCA.
Il sollicite enfin une audience auprès du Premier ministre en vue de faire part des inquiétudes des commerçants et lui transmettre des propositions concrètes.
Wassimagnon, Abidjan 

Côte d'Ivoire: Les commerçants disent non à l'annexe fiscale 2018 et menacent de paralyser les activités commerciales

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Frat Mat. Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.