Home Economie Côte d’Ivoire : Depuis les USA, Diagou «pour moi, le FCFA n’a...

Côte d’Ivoire : Depuis les USA, Diagou «pour moi, le FCFA n’a pas son égal, nos chercheurs qui font des déclarations sur le FCFA n’ont jamais gérés quoi que ce soit »

Jean Kacou Diagou au USA

–Jeudi 9 Mai 2019– Le patron de Nsia (banque et assurance) a été l’invité d’honneur et orateur d’un forum d’entrepreneurs aux Etats Unis.

Jean Kacou Diagou qui a partagé ses années d’expériences et de manager d’un groupe qui aujourd’hui s’impose en Afrique s’est prononcé sur la question du Franc CFA.

Sans langue de bois, l’ancien président du patronat ivoirien a affirmé devant ses hôtes que le Franc CFA n’a pas son égal en Afrique de l’ouest et centrale.

Les propos du parton de Nsia (Banque et assurance) tels que rapportés dans les colonnes du quotidien l’intelligent d’Abidjan, précisent clairement que l’homme s’érige en défenseur du Franc CFA.

Prenant l’exemple de plusieurs pays tels que le Ghana, l’Angola, le Congo Kinshasa et Nigéria où le taux d’inflation n’est pas maîtrise, Jean Kacou Diagou a soutenu que le FCFA n’a pas son égal, en tout cas en Afrique de l’ouest et centrale.

« Au Ghana nous faisons une progression de 15% par an de chiffres d’affaires. In fine, chaque année le chiffre d’affaire converti en Cfa, ça donne 1 à 2% de progression. Vous travaillez pour rien parce que l’inflation est telle qu’au Ghana, au Nigéria, on est content quand on arrive à avoir le FCfa. D’ailleurs au Ghana et au Nigéria, on vous arrache le FCfa. Si les monnaies nationales étaient si bonnes, on n’aurait pas ça », précise le patron de Nsia Banque et Assurance.

A ce rendez-vous, Jean Kacou Diagou s’est aussi attaqué aux pourfendeurs du Franc CFA. Pour lui, ces chercheurs qui font des déclarations sur le FCFA n’ont jamais géré quoi que ce soit.

« Souvent, nos chercheurs qui font des déclarations sur le FCFA n’ont jamais gérés quoi que ce soit ! Ils n’ont jamais été entrepreneurs de quoi que ce soit. Ils ne savent pas ce que ça coûte au Ghana par exemple d’être obligé d’augmenter les salaires de 10% à 15% tous les ans, parce qu’il y a l’inflation », a-t-il soutenu.

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook