Home Economie Côte d’Ivoire : BAD, Adessina affirme « le financement de la Banque...

Côte d’Ivoire : BAD, Adessina affirme « le financement de la Banque en faveur de la Côte d’Ivoire a augmenté de 280% en trois ans»

Mardi matin à la BAD à Abidjan (ph )
– Mardi 5 Février 2019 – Le déjeuner annuel du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) en l’honneur des Ambassadeurs de ses États membres accrédités en République de Côte d’Ivoire a eu lieu aujourd’hui à Abidjan.
En présence des représentants des autorités ivoiriennes, le Président du Groupe de la BAD, Dr Akinwumi A. Adessina a fait l’état des investissements de la Banque en Côte d’Ivoire.

Il a annoncé que depuis son élection à la présidence de la Banque, le portefeuille de la Banque en Côte d’Ivoire a augmenté de manière significative. 

« Entre 2015 et 2018, en l’espace de trois ans seulement, le financement de la Banque en faveur de la Côte d’Ivoire a augmenté de 280%, passant de 628 millions de dollars USD en 2015, à 1,8 milliard de dollars USD, » a déclaré, le Président. 
Selon lui, cette la hausse la plus forte jamais enregistrée dans l’histoire de la Banque africaine de développement. 
Akinwumi A. Adessina a poursuivi que la Banque soutient fermement les efforts du gouvernement dans les domaines du transport urbain et du développement des infrastructures à Abidjan. 
Il a indiqué que sur le montant de 770 millions d’euros requis par le projet, la Banque porte une contribution de 560 millions d’euros, soit 74% du coût total.
«Notre conseil d’administration a approuvé le dernier versement d’un montant de 329,47 millions en octobre 2018. Nous sommes fiers de notre partenariat avec la JICA et le GEF dans le cadre de ce projet, »a-t-il ajouté. 
En 2018, la BAD a également investi 110 millions de dollars USD pour financer l’acquisition de nouveaux aéronefs par Air Côte d’Ivoire pour faciliter la circulation des personnes et favoriser l’intégration régionale.
Le Président de la BAD a relevé que la Banque fourni aussi un appui à la Côte d’Ivoire et au Ghana en faveur de la filière cacao, dans le cadre de l’effort régional visant à apporter de la valeur ajoutée à la production cacaoyère et à accroître la part du continent dans la valeur ajoutée totale de la filière cacao sur le marché mondial.
Cet appui a consisté, entre autres, en un prêt syndiqué de 600 millions de dollars USD à CocoBod du Ghana et en deux enveloppes de 7 millions de dollars USD chacune au Ghana et à la Côte d’Ivoire pour soutenir les réformes institutionnelles et la gouvernance dans la commercialisation du cacao. 
Le Président a précisé que les besoins de l’Afrique sont énormes et il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour parvenir à l’accès universel à l’électricité, à la sécurité alimentaire du continent, à l’intégration de l’Afrique, à l’industrialisation du continent et à la qualité de vie améliorée des populations africaines.
Selon lui, la Banque est engagée dans des discussions avec ses actionnaires en vue d’une augmentation générale de son capital.
« Cette augmentation du capital nous permettra d’en faire beaucoup plus pour l’Afrique, pour pouvoir réaliser les objectifs de l’Agenda 2063 « l’Afrique que nous voulons », » a ajouté Adessina. 
Il a demandé aux Ambassadeurs représentants les actionnaires de la Banque à soutenir cet important projet.
Le Président a affirmé que l’augmentation du capital de la Banque devrait intervenir cette année et jusqu’à présent, les pourparlers avancent harmonieusement. 
Le Dr Adessina a rappelé que la dernière augmentation générale du capital de la Banque est intervenue en 2010 et les prévisions laissaient penser que le taux d’utilisation des fonds propres de la Banque se situerait exactement au niveau actuel.
Il a déclaré que la Banque a affiché des résultats financiers exceptionnels car les quatre agences mondiales de notation ont maintenu la note AAA avec perspective stable.
Le Président estime enfin qu’avec l’augmentation générale du capital de la Banque qui débouchera sur un montant de 11 milliards de dollars américains, l’Afrique se retrouverait.
« 105 millions de personnes auront accès à l’électricité, 137 millions de personnes bénéficieront de l’accès aux technologies agricoles améliorées, 22 millions de personnes bénéficieront des retombées des investissements dans les projets du secteur privé, 15 millions de auront accès à des services améliorés de transport et 110 millions de personnes auront accès à des services améliorés d’alimentation en eau et d’assainissement, »a-t-il conclu.
Wassimagnon

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook