Home Economie Côte d’Ivoire: Affaire d’immatriculation frauduleuse présumée des véhicules, les importateurs révèlent une...

Côte d’Ivoire: Affaire d’immatriculation frauduleuse présumée des véhicules, les importateurs révèlent une complicité entre la douane les transitaires

194

Parc auto à Abidjan
– Jeudi 24 Mai 2018 -La Côte d’Ivoire est secouée depuis ces dernières semaines par une affaire d’immatriculation frauduleuse présumée des véhicules.

Des personnalités sont soupçonnées dans cette affaire de véhicules non dédouanés qui semble être une fraude fiscale de grande envergure condamnée par la loi ivoirienne.

La douane invite d’ailleurs les clients à régulariser leur cas avant le 1er juillet prochain, faute de quoi elle ordonnera la saisie des engins.

Les vendeurs et importateurs des véhicules sont sortis également de leur silence et lors d’une rencontre mercredi avec la presse, pour révéler une complicité des douanes et transitaires dans cette affaire.

« On nous demande de régulariser une situation qu’on ne sait pas. Nous ne sommes ni des douaniers encore moins des transitaires mais que des consommateurs qui après l’achat d’un véhicule, contactons un cabinet de concessionnaire agréé en douane pour les documents afférents. Donc nous nous disons surpris qu’on nous demande de dédouaner à nouveau des véhicules qui sont dehors alors que pour qu’un véhicule sorte du port pour se faire immatriculer, il faut que soit obtenu par le transitaire au préalable une déclaration de douane en bonne et due forme, délivrée que par les douanes ivoirienne. Nous disons que la complicité se trouve entre la douane et le transit », s’est insurgé, Marc Koffi au nom d’un collectif de vendeurs et importateurs d’automobiles.

Abordant la question du redédouanement dont ils se disent offusqués, les membres du collectif qui ont étalé tout le circuit pour la sortie légale d’un véhicule du guichet unique, estiment qu’on ne peut parler d’un éventuel nouvel dédouanement pour des véhicules qui ont déjà fait l’objet d’une mutation.

Puisqu’à les en croire, le processus de mutation qui passe par le dépôt de l’ancienne carte grise au service des douanes pour une nouvelle au profit du nouvel acquéreur, certifie déjà que le véhicule en question est déjà dédouané.

Enfin, les vendeurs de véhicules, dont la mesure des douanes visant  »un redédouanement » obligatoire de leurs véhicules déjà en circulation, paralyse les activités, ont lancé un appel au chef de l’État pour qu’il se penche au plus vite sur leur situation.

L’affaire d’immatriculation frauduleuse présumée des véhicules estimés selon la douane entre 7000 et 10.000, est, même si la pratique est monnaie courante au pays depuis des lustres, loin d’avoir livré tous ses secrets.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site . Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.

 

Commentaires Facebook