Home Culture Maurice Bandaman à l’ouverture du MICA: ‘’La Côte d’Ivoire affiche son ambition’’

Maurice Bandaman à l’ouverture du MICA: ‘’La Côte d’Ivoire affiche son ambition’’

48
SHARE

La 18ème édition du Marché international du cinéma et de la télévision africains (Mica) a ouvert ses portes ce dimanche 26 février 2017, au Centre international de conférences de Ouagadougou.
Le ministre Maurice Bandaman a inauguré dans la soirée de ce dimanche, le village Akwaba, situé à la place de la révolution. La Côte d'Ivoire a transformé cet espace en un gigantesque site d'exposition des us et coutumes, de la gastronomie ivoirienne. A cela, il faut ajouter de nombreux stands qui mettent en avant le savoir-faire ivoirien dans plusieurs domaines d'activités.

Après sa visite de nombreux stands, le ministre de la Culture et de Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman qui conduit la délégation de la Côte d’Ivoire, pays invité d’honneur, a indiqué sa « grande satisfaction » de voir de nombreuses structures ivoiriennes présentes dans le domaine de l’audiovisuel et de la télévision, prendre part à cette rencontre.

« On voit bien que la Côte d’Ivoire affiche son ambition d’être un grand pays du cinéma et de l’audiovisuel. On le voit à travers la présence de l’État et ses structures qui sont l’Office du cinéma de Côte d’Ivoire, le Fonds pour le soutien de l’industrie cinématographique. Et également à travers des opérateurs privés, les producteurs, les écoles comme l’Istc. On voit bien que le pays occupe près de la moitié de l’espace dédié au Mica ».

Pour lui, cela signifie que l’État ivoirien a bien noté l’enjeu que constitue le cinéma et les métiers de l’audiovisuel. « Aujourd’hui, en termes de création d’emplois, c’est l’un des secteurs le plus ouvert et qui donne de l’espoir aux jeunes », dira-t-il. Avant de féliciter tous les Ivoiriens présents à Ouagadougou dans le cadre de la 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) et du Mica. « Nous sommes fiers de ce que sur la centaine de films retenus dans la sélection officielle, 10% des productions viennent de la Côte d’Ivoire », s’est réjoui le ministre Bandaman.

Le Mica comme une bourse spéculative

Auparavant, dans la matinée, précisément à l’ouverture, la directrice du Mica, Suzanne Kourouma, a indiqué que le Mica doit son existence à la « volonté clairement affichée des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel ». Bien souvent confrontés à un manque de cadre propice pour la promotion de leurs œuvres, elle a affirmé que ce marché se présente comme une opportunité pour eux. « Vous devez vous en approprier pour non seulement faire fructifier vos affaires, mais également pour capitaliser et mutualiser vos pertinentes réflexions et expériences », a-t-elle exhorté. Rappelant que le Mica est un cadre d’échanges techniques et professionnels qui reste « fidèle à son engagement d’accompagner l’industrie africaine du 7ème art ».

Pour sa part, Stefano Manservisi, directeur général de la coopération internationale et du développement à la Commission européenne, également parrain du Mica, a indiqué qu’il croit en la production artistique africaine. Aussi a-t-il souligné que l’aspect économique et celui de la cohésion sociale sont importants. « La culture nous unis. Je voudrais souligner deux aspects. En premier lieu, l’aspect économique. La culture est l’activité économique qui crée le développement et la compréhension. Invitons à investir dans la culture. C’est ce que la Commission européenne propose de faire. Le Burkina Faso est un exemple fondamental. Il faut que demain, nous puissions parler du Mica comme une bourse spéculative. Nous avons également l’aspect de la cohésion sociale qui aide les peuples à se comprendre », a-t-il indiqué.

Une stèle en hommage à Fadiga Kramo Lanciné

Avant l’ouverture officielle du Mica, après une cérémonie de libation, honneur a été fait à la Côte d’Ivoire et au cinéaste Lanciné Fadiga Kramo, premier ivoirien à avoir remporté en 1981, le grand prix du Fespaco, l’Etalon du Yennenga d’or en 1981 avec son film "Djéli". A l’avenue Monseigneur Thevenoud, une stèle a été élevée en son honneur à quelques encablures de la place des cinéastes. C’était en présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles, les ministres en charge de la culture en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Ainsi que de nombreuses personnalités du monde du cinéma.

Pour terminer la journée du dimanche, le ministre Maurice Bandaman a inauguré dans la soirée, le village Akwaba, situé à la place de la révolution. La Côte d'Ivoire a transformé cet espace en un gigantesque site d'exposition des us et coutume, de la gastronomie ivoirienne. A cela, il faut ajouter de nombreux stands qui mettent en avant le savoir-faire ivoirien dans plusieurs domaines d'activités.

Rappelons que la cérémonie officielle de l’ouverture de la 25ème édition du Fespaco a eu lieu, le samedi 25 février 2017, en présence du Président du Burkina Faso, Roch Christian Kaboré. Cérémonie suivie par un concert de la méga star de reggae, Alpha Blondy, au stade municipal de Ouagadougou.

CHEICKNA D. Salif


Source : Africatime CI

Africatime CI