Home Culture Côte d’Ivoire : Raphaël Lakpe sollicite le ministère de l’intérieur pour la...

Côte d’Ivoire : Raphaël Lakpe sollicite le ministère de l’intérieur pour la régulation des médias en ligne

Lakpé et Diakité mercredi à Abidjan

– Jeudi 20 septembre 2018 – L’Autorité Nationale de la Presse (ANP), ex Conseil National de la Presse (CNP) sollicite l’expérience du ministère de l’intérieur pour la régulation des medias en ligne.

« L’ANP et le défi de la régulation des sites de production d’informations numériques », tel a été l’objet principal des échanges en le ministre Sidiki Diakité et Raphael Lakpé qui préside l’ANP.

Ce dernier et ses collaborateurs dans une démarche consultative, ont estimé opportun de venir à « l’école » du département en charge de l’intérieur et de la sécurité, s’imprégner de l’expertise reconnue dans la sous-région et au-delà, de la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT) qui en Côte d’Ivoire à travers la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) composante essentielle, est en charge de la cybercriminalité, du soutien technologique aux investigations et de la conduite des projets technologiques liés à la sécurité, comme rapporté par le ministère.

Pour rappel, la nouvelle loi, loi N° 3017-867 du 27 décembre 2017 attribue à l’ANP de nouvelles missions dont celui d’avoir aussi un regard sur les sites de production d’informations numériques.
Pour ce qui est du statut juridique de « presse en ligne », comme il existe dans un grand nombre de pays occidentaux, promis mais qui tarde à venir, entre les sites portails (agrégateurs de contenu, ndlr), d’ « un jour » (qui disparaissent de la toile aussi vite qu’ils apparaissent, ndlr), très rares sont les médias légalement constitués en entreprise en Côte d’Ivoire (qui paient des charges et des impôts, ndlr) qui pourraient, au delà d’un éventuel seuil de visiteurs uniques par jour ou d’un nombre d’année minimum de présence en ligne, prétendre jouir d’une appellation ou d’un titre de « média en ligne ».
Enfin, au constat, les médias sociaux américains (facebook, twitter, ndlr) sur lesquels des extrémités en tout genre au sujet de la Côte d’Ivoire sont chaque jour publiées, au même titre que des sites basés on ne sait où, échappent totalement au contrôle des autorités.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook