Home Culture Côte d’Ivoire : Fraternité matin, le plan social suspendu, les représentants des...

Côte d’Ivoire : Fraternité matin, le plan social suspendu, les représentants des travailleurs désormais associés dans discussions, la première réunion prévue vendredi

20

Le collectif des syndicats et délégués de Fraternité matin mardi à Abidjan (ph KOACI)
– Mercredi 19 Septembre 2018 – Le processus d’application du Plan social du Groupe Fraternité matin est suspendu.

Il sera repris avec la participation des représentants des travailleurs et le Directeur général de l’entreprise, Venance Konan ne dressera plus de listes d’agents à licencier.

Côte d'Ivoire : Fraternité matin, le plan social suspendu, les représentants des travailleurs désormais associés dans discussions, la première réunion prévue vendredi

Les choses seront faites dans les règles, comme prévu par le Gouvernement lors de l’annonce du Plan social.

Les premières discussions entre les représentants du personnel et la Direction générale auront lieu, le vendredi 21 septembre 2018.

C’est du moins les décisions qui ont été arrêtées, à la suite des réunions que la Direction générale a tenues avec les représentants des travailleurs sous l’égide de l’Inspecteur du travail et du Comité national du Dialogue social.

Le Collectif des syndicats et délégués du personnel a hier annoncé la bonne nouvelle aux autres employés au cours d’une Assemblée générale extraordinaire dans les locaux de l’entreprise sise à Adjame comme constaté sur place par .

Au cours de cette rencontre, les représentants des travailleurs ont révélé à leurs camarades qu’ils ont été surpris d’apprendre lors des différentes réunions que le plan social devait se faire sur la base de 800 millions de FCFA au lieu de 500 millions de FCFA, comme annoncé par le DG.

«Alors que, jusque-là, le directeur général Venance Konan, a soutenu que le processus du plan social se faisait sur la base de 500 millions de francs, nous avons été surpris d’apprendre que c’est plutôt 800 millions de FCFA. L’information a été révélée par le Directeur général adjoint, Serge Nouho, lors de la rencontre organisée par le Comité national du Dialogue social, le 10 septembre, » ont précisé, les représentants des travailleurs.

Le plan social annoncé s’exécutera sur une période de 3 ans et il ne prévoit pas de licenciements.

Seulement les départs volontaires avec des conditions humaines pour les travailleurs sont pris en compte.

Malheureusement, les agents ont été surpris de constater que la Direction générale de l’entreprise procède par précipitation et veut liquider 169 agents en quelques semaines, en leur octroyant en moyenne l’équivalent de 6 à 7 mois de salaire.

Parce que l’Etat n’aurait pas honoré son engagement de payer les 800 millions de FCFA et qu’il aurait payé que 500 millions de FCFA.

Le document qui donne toutes les déclinaisons du Plan social jusque là dissimulé par la Direction générale est tombé entre les mains des représentants des travailleurs.

Ils ont remis ce précieux document au Comité national du Dialogue social.

Il apparaît dans ce document gardé secret par la Direction générale que le Gouvernement n’a jamais eu la volonté de jeter des travailleurs à la rue dans le dénuement total.

Bien au contraire, il est prévu que, tout soit fait en sorte que ceux qui partiront, partent dans de bonnes conditions.

C’est du moins l’assurance que Bruno Koné Nabagné, alors ministre en charge de la communication, avait donnée aux travailleurs.

«Nous irons jusqu’au bout pour que le plan qui est là conséquence de la mauvaise gestion des dirigeants ait un visage humain, » a prévenu, Marc Yevou.

Enfin, le comité des travailleurs lance un appel à la mobilisation et demande surtout au personnel d’arrêter d’avoir peur.

Wassimagnon, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook