Home Culture Au Fespaco, l’Afrique muscle plus que son cinéma

Au Fespaco, l’Afrique muscle plus que son cinéma

68
SHARE

Ça y est, c’est reparti, le plus grand festival de cinéma en Afrique ouvre ce samedi 25 février ses portes à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. La 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision, c'est beaucoup plus que du cinéma, c'est tout un programme: le trophée de l'Étalon d'or de Yennenga, 150 films projetés dans des salles et des villages, mais aussi un mégaconcert avec la superstar Alpha Blondy et un volet fête populaire, culturelle et politique.

envoyé spécial à Ouagadougou,

Vous êtes arrivé à Ouagagoudou ? Vous ressentez une poussée de fièvre ? Ce n'est pas forcément la fièvre jaune. Ces jours-là, la fièvre en question fait surtout des ravages dans des salles obscures et s’appelle « la fièvre des cinéphiles ».

Le phénomène est connu depuis 1969 et fête cette année sa 25e édition. Malgré 40 degrés à l'ombre, des hommes et des femmes de toute l’Afrique et de l’Europe débarquent au Burkina Faso. Ils ne sont pas attirés par son climat tropical, son musée à ciel ouvert de Laongo ou les mares aux crocodiles sacrés de Bazoulé et de Sanou, ils souhaitent tout simplement regarder des films, parler du cinéma, de l’Afrique ou du monde d’aujourd’hui. Malgré son budget plutôt modeste, avec 1,2 milliard de francs CFA [1,8 million d'euros], le Fespaco s’impose depuis des décennies comme l’un des plus grands événements culturels du continent africain.

Source : abidjan.net

abidjan.net