Home Culture Le Chef de l’Etat a pris part à la cérémonie de remise...

Le Chef de l’Etat a pris part à la cérémonie de remise du Prix Félix HOUPHOUËT-BOIGNY pour la Recherche de la Paix à l’UNESCO, à Paris

40
SHARE

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a pris part, ce mardi 27 juin 2017, au siège de l’UNESCO, à Paris, à la cérémonie solennelle de remise du Prix Félix HOUPHOUËT-BOIGNY pour la recherche de la Paix.

Ce Prix, qui porte le nom du premier Président de la République de Côte d’Ivoire, a été créé en 1989 par une Résolution parrainée par 120 pays et adoptée par la 25ème Session de la Conférence Générale de l’UNESCO.

Il vise à honorer les personnes vivantes, Institutions ou Organismes publics ou privés, en activité, ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de l’Acte constitutif de l’UNESCO.

Par ce Prix, l’UNESCO veut également rendre un vibrant hommage au Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY qui a consacré sa vie à la promotion et au renforcement de la paix non seulement en Côte d’Ivoire, mais aussi en Afrique et dans le monde.

Pour l’Edition 2017, Le Prix Félix HOUPHOUET-BOIGNY pour la recherche de la Paix de l’UNESCO a été attribué conjointement à Mme Giuseppina NICOLINI (ex- Maire de Lampedusa et de Linosa – Italie) et à l’ONG SOS Méditerranée, pour leurs efforts déployés en vue de sauver la vie des réfugiés et des migrants et de les accueillir avec dignité.

La cérémonie de célébration et de distinction de ces lauréats a enregistré, outre la présence du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA et de la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA, celle de nombreuses personnalités au nombre desquels, M. Henri Konan BEDIE et son épouse, les anciens Présidents du Sénégal et de Mozambique, MM. Abdou DIOUF et Joaquim CHISSANO, la Directrice Générale de l’UNESCO, Mme Irina BOKOVA, Mme Michäelle JEAN, Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et des Représentants des Gouvernements français, italien et allemand.

Intervenant à cette occasion, le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, a exprimé sa joie d’être à cette cérémonie de remise du Prix Félix HOUPHOUËT-BOIGNY pour la recherche de la Paix, qui s’est imposé au fil des années comme un rendez-vous incontournable pour tous ceux qui oeuvrent chaque jour à la préservation de la paix et à la protection de la vie humaine.

Après avoir traduit sa gratitude à certaines personnalités notamment aux anciens Présidents Abdou DIOUF (Parrain du Prix) et Henri Konan BEDIE (Protecteur du Prix) qui ont oeuvré à la création et à la pérennisation du Prix Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, le Chef de l’Etat a dit son attachement personnel à ce Prix pour avoir participé, lorsqu’il était Premier Ministre du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, à sa mise en oeuvre.

Il a également saisi cette occasion pour rendre un vibrant hommage à la Directrice Générale de l’UNESCO, Mme Irina BOKAVA, pour toutes ses actions à la tête de l’Organisation, notamment en faveur du continent africain et de la Côte d’Ivoire en particulier, pour la promotion de l’éducation et la science ainsi que pour la paix et la culture à travers le monde.

Le Président Alassane OUATTARA a, en outre, félicité le Jury du Prix FHB présidé par l’ancien Président du Mozambique, Joaquim CHISSANO, pour la pertinence du choix porté sur les lauréats de cette année 2017, Mme Giuseppina NICOLINI, ancienne Maire de Lampedusa et de Linosa, ainsi que le Mouvement européen SOS MEDITERRANEE, « deux symboles d’engagements fidèles à l’esprit du Premier Président de la République de Côte d’Ivoire ».

Pour lui, en effet, à travers la désignation de Madame NICOLINI et de l’Organisation Non Gouvernementale S.O.S MEDITERRANEE, le Jury a voulu ainsi reconnaitre les valeurs d’humanisme et de justice qu’elles incarnent. D’autant que, selon lui, l’engagement et la détermination de ces deux lauréats constituent un modèle pour nous et pour les générations futures.

Poursuivant, le Président Alassane OUATTARA a souligné qu’il n’existe de cause plus juste que la vie humaine. C’est pourquoi, à travers leurs actions, les lauréats nous enseignent que partout où la vie et la dignité humaines sont en péril, il doit se trouver des hommes et des femmes de bonne volonté pour les défendre.

A cet égard, il a fait remarquer que le défi que constituent les flux migratoires non régulés, nous interpelle tous et appelle à davantage de solidarité ; tout en réitérant son appel à un engagement constant et soutenu aussi bien des pays de départ, des pays de transit que des pays d’accueil, dans la gestion de la crise migratoire.

Tout comme, il importe notamment pour les pays africains, de l’avis du Président de la République, d’agir dans la durée et sur l’ensemble des facteurs à l’origine des flux migratoires, notamment, les conflits, la pauvreté, le chômage, le changement climatique mais aussi le déficit de liberté et de démocratie dans de nombreux pays.

Dans le même cadre, il a souligné l’urgence de ramener la paix et la sécurité dans la bande sahélo-saharienne et d’encourager une solution politique consensuelle au conflit en Lybie, devenu l’un des principaux pays de transit.

Quant aux pays d’accueil, il préconise de mettre en oeuvre, en concertation avec les pays de départ, des mécanismes de gestion des flux migratoires qui tiennent compte du respect de la dignité humaine et des valeurs de solidarité.

Après avoir salué certaines initiatives prises, notamment au Sommet de Malte sur l’immigration clandestine et lors de la Conférence du G20 pour un partenariat avec l’Afrique, à Berlin, visant à soutenir les programmes de création d’emplois pour les jeunes, le Président Alassane OUATTARA a mis en exergue un certain nombre d’actions entreprises par la Côte d’Ivoire qui accueille sur son sol près de 6 millions de ressortissants étrangers, soit environ un quart de sa population. Ceci, dans le sens de la préservation de sa tradition d’hospitalité, de solidarité et de paix, chère au Président Félix Houphouët-Boigny, malgré les crises traversées par le pays ces dernières années.

Toutes choses qui, selon le Chef de l’Etat, ont été reconnues par la Communauté internationale et qui ont valu à la Côte d’Ivoire d’être élue au Conseil de Sécurité des Nations Unies au début de ce mois de juin.

Il en a donc profité pour remercier tous les Etats membres des Nations Unies pour le soutien qu’ils ont apporté à notre pays à l’occasion de cette élection ; en indiquant que c’est dans un esprit d’ouverture et de coopération que la Côte d’Ivoire exercera son mandat au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour la période 2018-2019.

Pour terminer, le Chef de l’Etat a félicité à nouveau les lauréats du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la Paix dont « la noblesse de l’action constitue une raison supplémentaire d’avoir foi en l’humanité ».

La cérémonie a été marquée également par plusieurs autres interventions, notamment celles de la Directrice Générale de l’UNESCO, du Parrain et du Protecteur du Prix, des Représentants des Gouvernements français, italien et allemand ainsi que des récipiendaires.
Tous ont salué les actions des deux lauréats qui leur ont valu ce prestigieux Prix et leur ont rendu hommage. Ils ont aussi rendu hommage au Président Alassane OUATTARA pour ses efforts en faveur de la promotion de la paix et du développement en Côte d’Ivoire, s’inscrivant en cela, dans la vision du père fondateur, Félix Houphouët-Boigny dont le Prix porte le nom.
Quant aux lauréats, ils ont traduit leur gratitude au Jury du Prix et aux Organisateurs. Ils ont surtout tenu à interpeller la conscience des uns et des autres à plus de solidarité et sur la nécessité de mutualiser les efforts pour juguler cette tragédie qui se passe au niveau de la Méditerranée.

Notons que chaque lauréat a reçu un diplôme et une médaille.

Au terme de cette cérémonie, le Président de la République a quitté Paris pour Abidjan.

Source : abidjan.net