Home Accueil Insolite: Zakaria Dembelé, un proche de Guillaume Soro, cogne Alafé Wakili et...

Insolite: Zakaria Dembelé, un proche de Guillaume Soro, cogne Alafé Wakili et lui dénie la nationalité ivoirienne

571
SHARE

Alafé Wakili, le patron du quotidien Intelligent d’Abidjan a fait un papier dans lequel il dit douter de la popularité et du poids politique réel de Guillaume Soro. Très concrètement, Alafe Wakili “conseille” à Guillaume Soro de se méfier de ses proches qu’il traite de simple employers, qui ne perdront pas une seule minute auprès de lui, s’il venait à perdre le pouvoir d’Etat.

Apparemment, les “diatribes” de Alafe Wakili n’ont pas été du goût de tout le monde, surtout qu’il a mis un honneur particulier à encenser, entre les lignes, Hamed Bakayoko, l’adversaire de Guillaume Soro. De ceux à qui la sortie hasardeuse du patron de “Intelligent d’Abidjan” n’a pas plu, on compte Zakaria Dembele, un proche de Guillaume Soro et député-membre de l’alliance du 03 avril. Dans une publication intitulée “LA VRAIE HISTOIRE D’UN DES PLUS GRANDS ESCROCS , ET FAUSSAIRE DE NOTRE PAYS ! WAKILI ALAFE ” très acerbe parue sur son compte facebook, il a carrément pris à partie Alafe Wakili, qu’il trite de l’un des plus grands escrocs et faussaires de Côte d’Ivoire.

Ci-dessous la publication du député Zakaria Dembélé.

Condamné à 18 mois de prison ferme : Assé Alafé ou l’histoire d’un mélodrame familial.

Le Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, en son audience des flagrants délits du vendredi 7 novembre 2008 était présidé par le juge N’Dri Pauline. Il a condamné à 18 mois de prison ferme, 100 mille FCFA d’amende le prévenu Alafé Wakili dit Assé Alafé. Il a également ordonné la destruction des faux documents administratifs utilisés par le reconnu coupable. Le journaliste, directeur général de SOCEF-NTIC, société éditrice du quotidien “L’Intelligent d’Abidjan”, était poursuivi pour faux et usage de faux portant sur des documents administratifs.

Mais comment est-on arrivé à cette histoire ? Comment Assé Alafé, journaliste bien connu, intellectuel de son état, a-t-il pu se mettre dans un tel pétrin ?

La sulfureuse histoire

des Amao à Agboville , M. Mustapha Amao, Nigérian, vivait en bonne intelligence avec sa femme Abissatu Abibi, Nigériane, jusqu’en 2005 à Agboville où ils ont eu beaucoup d’enfants. Puis un jour des années 69-70, le vieux Mustapha Amao s’absente. Il part pour un an dans son pays natal, le Nigeria. Pendant son absence, c’est son employé Bakayoko Bouréïma, Ivoirien, chauffeur de son état, qui réchauffe le lit d’Abissatu Abibi, l’épouse restée au pays.

A son retour, Mustapha Amao fait l’amer constat que sa tendre Abibi est enceinte. Le voyageur sait que cette grossesse n’est pas de lui mais de son chauffeur Bakayoko Boureïma. Cependant, il n’en dit apparemment pas mot pour conserver sa dignité et l’unité de sa famille.

Mais le cocufié ne décolère pas. A l’enfant qui naît le 9 juillet 1971, Mustapha Amao refuse de lui donner le patronyme Amao. Le bébé s’appelle Alafé Wakili. Première curiosité. Ainsi, dans la famille, cet enfant fait l’objet de railleries. Ces frères et sœurs lui indiquent à chaque occasion qu’il n’est pas le fils de leur père. Peu importe, Alafé Wakili, suivant l’acte de naissance établi le 11 juillet 1971 par le chef de famille lui-même, est né de Mustapha Amao (Nigérian) et de Abissatu Abibi (Nigériane). Alafé est donc Nigérian au terme du code de la nationalité de la République de Côte d’Ivoire.

Loin de moi toutes idées de dénigrer le piètre individu en lui reniant sa nationalité tout comme le font mes amis du fakingang qui estiment aujourd’hui qu’un Dembelé ne peut se prétendre ivoirien (sic, sic de (re)sic.) Le but de cette publication est de demander aux lecteurs ceci : une hyène peut-elle accoucher d’un aigle royal? Assurément non vous me le direz. Les réponses à ses différentes interrogations nous eclaircierons.

1 ) Comment un gus à la moralité si douteuse qui aura reussi à mettre en doute le fait que notre PRADO n’était pas le fils légitime de feue notre grande mère (rip) Adja Nabintou Cissé peut il être la voix officieuse de notre régime?

2) En poussant l’outrecuidance d’encourager le régime des temps des premières braises d’alors à interroger l’octogénaire pendant plus de 8 heures sans discontinue en lui posant la question si honteuse et humiliante de chercher à savoir si nôtre PRADO était réellement son fils et si elle n’avait pas forniqué avec burkinabé qui serait en réalité son père biologique?

Comment un gredin qui n’a en aucun moment hésité à traiter notre PRADO de “mossi Dramane ” et l’attaquer jusqu’en dessous du pagne de notre grande mère et cela bien à la “une ” du canard dont il était le directeur de publication, j’ai nommé le tristement célèbre et principal diviseur de l’unité ivoirienne et de la dislocation du tissu social ” le national ” ( les initiés s’en souviendront) peut-il avec la bénédiction du pouvoir actuel s’attaquer à l’honorabilité de GKS jusque là muet comme une carpe et qui ne jure que par DIEU afin de sortir ragaillardi de toutes ces cabales rondement menées à son encontre ?

Comment le regime actuel peut il louer les services de ce mercenaire visiblement en mission commandée qui est encore une fois à la recherche de fonds pour s’acquitter des arriérés de soldes de ces journaleux hypocondriaques et crèches la dèche encore en service dans son torchon transfuge de le “national ” appelé “le torchon d’Abidjan ” ?

Le temps c’est vraiment l’autre nom de DIEU! Plus nous avançons je fais mien cette parole de GKS : Puissions nous ne pas essayer de nous arroger la place de DIEU parmi nos semblables, car en réalité, il n’y a de DIEU que DIEU ! Ayé Sabari dêh !

Zakaria Dembele #LE_DUNDUMBA #SOROTIQUEMENT_ENGAGÉ #Député_ivoirien !

Membre de l’alliance du 03 avril ! Bonjour braves et fiers ivoiriens le pays nous appelle !

On remarquera avec curiosité que le député proche de Guillaume Soro, celui-là même qui dit avoir pris les armes pour défendre ceux à qui on niait la nationalité ivoirienne à cause de leur origine, dénie à Alafé Wakili, sa nationalité ivoirienne.

«Alafé Wakili, suivant l’acte de naissance établi le 11 juillet 1971 par le chef de famille lui-même, est né de Mustapha Amao (Nigérian) et de Abissatu Abibi (Nigériane). Alafé est donc Nigérian au terme du code de la nationalité de la République de Côte d’Ivoire», écrit le député membre du de l’alliance du 03 avril.

Eburnienews.net


Source : Eburnie News