Home Accueil Humiliation pour le duo Ouattara-Bédié: Barack Obama a refusé le prix Houphouët-Boigny

Humiliation pour le duo Ouattara-Bédié: Barack Obama a refusé le prix Houphouët-Boigny

257
SHARE

Sous l’influence de Hilary Clinton et de Georges Soros, l’ami des Ouattara, Barack Obama, le 44 ème président des USA a pris fait et cause pour le camp RHDP pendant la crise postélectorale de 2010. 6 ans plus tard, après que ce camp, avec à sa tête Alassane Dramane Ouattara, est arrivé au pouvoir dans le sang, il voulait certainement montrer leur reconnaissance à l’ex-président américain pour l’aide qu’il leur a apporté. Pour ce faire, le duo Ouattara-Bédié qui gouvernent la Côte d’Ivoire dans le sang et la misère a voulu lui décerner le fameux prix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix organisé par UNESCO une agence de L’ONU.

« Les membres du jury ont observé les actions de paix que Barack Obama a posées dans la région des Caraïbes, et surtout son rapprochement avec Cuba. Son action aussi pour l’accès aux soins de santé aux populations les plus défavorisées des États-Unis. C’est tout cela qui a conduit l’ensemble des jurés du Prix Félix Houphouët-Boigny à porté leurs choix sur sa personne», a soutenu Joaquim Chissano qui expliquait ainsi les raisons de leur choix. Avant de révéler que l’ex-président américain a refusé la proposition du jury. «Il a refusé en nous indiquant simplement que ce n’était pas le moment pour lui d’accepter un tel Prix», a révélé Joaquim Chissano.

Le président Obama, qui a suivi certainement les évènements malheureux qui se succèdent en Côte d’Ivoire sous la direction du RHDP, a refusé purement et simplement de s’associer à un prix décerné par des dirigeants qui veulent lui rendre hommage pour avoir travailler pour la paix et pour avoir donner l’accès aux soins de santé aux populations les plus défavorisées des Etats-Unis, pendant qu’eux-même affament leur peuple et sèment les grains de la haine et de la division.

Lire aussi: “L’origine d’un des fiancements de la rébellion ivoirienne de 2002: Retour sur une histoire scabreuse

L’ex-président américain a choisi de ne pas s’acoquiner avec les dirigeants d’un pays où les miliciens, qui les ont aidé à parvenir au pouvoir, font la loi et terrorisent impunément les populations.

Le refus du président Obama peut également s’interprêter comme l’expression d’un regret tardif sur le rôle joué par son administration dans la crise ivoirienne. On se rappelle que l’ex-président américain avait émis des regrets, dans un entretien accordé à la chaîne Fox News, sur le fait que l’absence d’un projet concret de développement de la Libye suite à la chute de Mouammar Kadhafi ait contribué à ce que les intérêts occidentaux sont beaucoup plus touchés par ce qui arrive dans ce pays.

En Libye, «lorsque je me demande pourquoi cela a mal tourné, je réalise que … les divisions tribales étaient plus grande que ne l’avaient anticipé nos analystes, …. et notre capacité à créer une sorte de structure avec laquelle nous aurions pu agir, faire de la formation et commencer à apporter des ressources s’est très rapidement effondrée», a expliqué Barack Obama.

Dans le cas de la Côte d’Ivoire, tous les rapports sur l’immigration indiquent que depuis l’arrivée au pouvoir de Alassane Dramane Ouattara et du RHDP, le nombre d’Ivoiriens candidats à l’immigration a augmenté de manière exponentielle. Ce qui voudrait dire qu’aucun projet concret de développement de la du pays n’a été mis en place par la coallition RHDP-Communauté internationale, suite à la chute du président Gbagbo pour apporter un mieux-être aux Ivoiriens.

Lire aussi: “Immigration : Portrait de Abou Diarrisso, un clandestin ivoirien aux portes de l’Europe

Est-ce donc le même type de regret que dans le cas de la Libye qui l’a poussé à refuser le Houphouët Boigny? Rien est exclu.

 

 

 


Source : Eburnie News