Situation sécuritaire et sociale : la société civile appelle à l’apaisement, au...

Situation sécuritaire et sociale : la société civile appelle à l’apaisement, au respect des institutions et à la concertation pour des réformes sociales inclusives

184
SHARE

La POECI, organisation non partisane et spécialisée sur les questions d’ observation électorale et de promotion de la démocratie, suit et observe la situation sociale et sécuritaire qui s’est dégradée depuis les évènements des 5, 6 et 7 Janvier 2017 où des éléments armés sont sortis des casernes et ont paralysé la vie socioéconomique dans plusieurs villes du pays : Bouaké, Daloa, Yamoussoukro, Abidjan, Korhogo, Man… Des négociations ont été entamées sur instruction du Président de la République et elles ont abouti à un accord permettant de payer des primes à une première catégorie de soldats.
Depuis le Mardi 17 janvier 2017, d’autres groupes de soldats réclamant des primes et de meilleures conditions de vie et de travail ont également perturbé la vie sociale et économique dans différentes localités du pays occasionnant des pertes en vies humaines parmi les forces de défense et de sécurité.
Par ailleurs, les plateformes de syndicats des agents de la Fonction publique ivoirienne ont entamé depuis le lundi 9 Janvier une série de grèves qui perturbent le bon fonctionnement des services publics et du système scolaire. Une médiation est en cours et le gouvernement a promis apporter des réponses au prochain Conseil des Ministres
Ces évènements interviennent dans un processus de mise en place des nouvelles institutions de la 3eme République notamment l’élection du Président de l’Assemblée Nationale, la nomination du Vice-Président de la République et du Premier Ministre et de son gouvernement.
Après une analyse de la situation sociopolitique, la POECI fait les observations suivantes :
Plateforme des organisations de la société civile pour l’observation des élections en Côte d’Ivoire

· La POECI rappelle que la Constitution garantit les droits et protège les citoyens et les citoyennes de toute violation des droits humains.
Les manifestations publiques et les grèves doivent être engagées dans le cadre légal et respecter les droits de tous.
· Le respect des institutions de la République issues de la Constitution du 8 Novembre 2016 est une valeur importante et ne saurait être sacrifié au bénéfice de différents groupes catégoriels.
De ce fait, ces évènements peuvent fragiliser la cohésion sociale et saper tous les acquis de reconstruction et de réconciliation nationale. La POECI appelle donc toutes les parties prenantes à la retenue et au respect des institutions établies librement par le
Peuple souverain.
· La POECI appelle à des réformes sociales profondes pour faire
face aux défis de la cohésion sociale et de la lutte contre la cherté
de la vie et la précarité. Au regard de l'environnement
sociopolitique actuel, il s'avère nécessaire que des mesures
adéquates soient prises par le gouvernement en accord avec tous
les segments de la société pour des solutions durables aux
revendications de tous et de toutes dans un dialogue franc, sincère
et ouvert.
· La POECI souhaite donc que le gouvernement et le Président de
la République reçoivent et discutent avec toutes les parties en
conflits et prennent l’opinion public à témoin sur l’issue des
négociations et des décisions prises.
La POECI invite, encore une fois, les Ivoiriennes et les Ivoiriens à faire
preuve de patriotisme et d’engagement citoyen pour préserver la paix et
les acquis démocratiques.

Plateforme des organisations de la société civile pour l’observation des élections en Côte d’Ivoire

Source : abidjan.net

abidjan.net

Commentaires

commentaires