Home Société Sécurisation nationale: la police reconduit l’opération ‘’Epervier 2’’

Sécurisation nationale: la police reconduit l’opération ‘’Epervier 2’’

101
SHARE

Dans le but de rassurer les populations et leur permettre de se réapproprier les quartiers afin d’user librement de l’espace publics, la police nationale a reconduit l’opération ‘’Epervier 2’’.

Joseph Yao Kouamé, Préfet de police d’Abidjan a donné le top départ de l’acte 2 de l’opération ‘’Epervier’’, ce vendredi 3 février 2017 à la préfecture de police, au Plateau. Cette initiative a pour objectif principal de consolider les acquis d’’’Epervier 1’’ par la mise en place sur des territoires ciblés des dispositifs de lutte contre, la grande criminalité, la délinquance et l’incivilité qui sont structurellement enracinées telles que : les ‘’gbaka’’ (véhicules de transport en commun) qui passent les ponts (De Gaulle et Félix Houphouët-Boigny notamment), le non respect du code de la route par les usagers et surtout l’indiscipline des conducteurs, l’installation anarchique des commerçants sur la voie publique, la traque des prostituées, des vendeurs ambulants, des mendiants, etc…
‘’Epervier 2’’ qui a débuté le 15 juillet 2016 va couvrir tout le territoire national pour une durée indéterminée et sera constituée de patrouilles mixtes (police, gendarmerie, militaires,CCDO). « Tant que l’Ivoirien ne se sentira pas en sécurité, nous allons continuer », a rassuré le Préfet de police. Par ailleurs, il a exhorté les agents qui seront sur le théâtre des opérations ‘’de ne pas céder aux provocations dans cette période sensible’’.

Joseph Yao Kouamé a fait également un bref bilan de l’opération ‘’Epervier 1’’, qui a consisté à la sécurisation du district d’Abidjan du 16 mai au 14 juillet 2016, en raison de l’insécurité galopante. 10 bandits ont été abattus dans cette période, 9500 personnes interpellées dont 107 déférées et des armes saisies.
Notons que pour l’opération ‘’Epervier 2’’ ce sont 3000 hommes qui seront déployés par jour pour le seul district d’Abidjan.

D.Tagro

Source : abidjan.net

abidjan.net