Salubrité Urbaine et Assainissement: 2016, une année d’actions et de combat

Salubrité Urbaine et Assainissement: 2016, une année d’actions et de combat

60
SHARE

Le décor des tas d’immondice et des détritus qui offrait à la capitale économique, Abidjan, un triste visage et une odeur pestilentielle il y a moins de 6 ans, fait progressivement place à un environnement nettement salubre. Certes, les habitudes ont la peau dure, mais grâce à la démarche participative et aux actions vigoureuses mises en œuvre par le Ministre Anne Désirée Ouloto, en charge de la Salubrité Urbaine et de l’Assainissement, il faut reconnaitre que peu à peu les Ivoiriens prennent le pli.
Des initiatives et opérations pertinentes
C’est qu’en amont Anne Désirée Ouloto a fait feu de tout bois aussi bien par une batterie d’initiatives que par de nombreuses campagnes visant l’amélioration du cadre de vie des Ivoiriens. Femme d’action et de défi, le Ministre Anne Désirée Ouloto est monté sur les deux fronts du combat : la salubrité urbaine, d’une part et l’assainissement de l’autre. Ce qui l’a amené a signé stratégiquement le 7 avril 2016 une convention avec l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI). Cette convention, qui a été bien accueillie, vise à renforcer le cadre institutionnel de travail et la collaboration entre le Gouvernement et les Collectivités.
Sur le volet salubrité, la Ministre a pu obtenir la solidarité du Gouvernement face à la problématique de la salubrité et de l’assainissement en réussissant à institutionnaliser une Semaine Nationale de la Propreté (SNP). La 1ère édition a eu lieu du 1er au 6 aout 2016 et a été présidée par le Premier Ministre Daniel Kablan Duncan, dans la commune d’Adjamé.
Elle a engagé la réforme de la gestion des déchets solides et ménagers, à travers le lancement d’un appel d’offres international pour le recrutement d’opérateurs d’envergure pour le District Autonome d’Abidjan. Ce projet structurant s’inscrit dans l’optique de moderniser le secteur et de doter le pays d’infrastructures de gestion rationnelle et écologique de nos déchets à travers la réalisation d’unités modernes de recyclage et de valorisation des déchets ménagers et la construction de Centres de Groupage et de Centres d’Enfouissements Techniques (CET) de nouvelle génération afin de tourner la page des décharges publiques de type Akouédo. Un site pour lequel Anne Ouloto prévoit à terme un plan de réhabilitation pour le bonheur des populations riveraines.

En 2016, l’on a noté également la mise en œuvre par le Ministre Ouloto d’un ambitieux projet dénommé ‘’Projet de Propreté et d’embellissement des villes et communes de Côte d’Ivoire’’, dont Cocody a abrité la phase pilote qui a couru jusqu’à la fin d’année, et qui a consisté en des opérations de libération des occupations anarchiques du domaine public et des emprises d’ouvrage d’assainissement, des travaux de curage des caniveaux, des opérations de lutte contre les nuisances sonores.
Aux actions hardies, il faut mentionnées la libération des grandes artères d’Abidjan notamment le boulevard Valery Giscard D’Estaing (VGE), le boulevard Nanguy Abrogoua, le rond-point Liberté aux 220 logements d’Adjamé. Si l’on observe une relative recolonisation des trottoirs par les commerçants, il faut bien noter que ce fait ne relève nullement du Ministère mais de la compétence des autorités municipales qui rechignent pour des raisons inavouées à prendre le relais et d’y faire prévaloir l’ordre et la légalité.
Dans ce registre, fut initiée en outre l’opération dénommée ‘’le Grand ménage’’, qui consiste pour chaque ville et chaque commune de faire sa grande toilette le 1er samedi de chaque mois, et dont la phase inaugurale a eu lieu le samedi 3 Décembre 2016 et a concerné les communes de Cocody, Adjamé, Treichville et Marcory.
Quant au volet Assainissement, par le canal du cabinet sénégalais Environnement-Déchets-Eau (EDE) la Fondation Bill Gates a décaissé plus de 2,5 milliards F CFA au bénéfice de l’Etat de Côte d’Ivoire afin d’assurer l’assainissement autonome du territoire. Le Ministre Ouloto a présidé le jeudi 21 avril 2016 la signature de convention entre l’Etat de Côte d’Ivoire représenté par l’Office National de l’Assainissement et du Drainage (ONAD) et le cabinet EDE.
Dans le but de couvrir le cout du Programme d’Amélioration de la Situation de l’Assainissement et du drainage de la ville d’Abidjan (PADSAD) en Côte d’Ivoire, l’Etat vient d’obtenir de la Banque Islamique de Développement (BID) un financement d’un montant de 54 999 040 000 F CFA. L’ONAD, représentant le Ministère de Salubrité Urbaine et de l’Assainissement, a fait publier dans les médias un avis à manifestation d’Intérêt qui a pour objet d’établir une liste restreinte de bureaux d’études en vue de la consultation restreinte pour le contrôle et la supervision des travaux ainsi que l’assistance à l’Unité de Gestion du Projet (UGP) dans l’actualisation des études techniques détaillés (APD/DAO) et l’analyse des offres pour la sélection des entreprises et dans la certification des demandes de paiement. Les travaux visés sont :
la construction de canaux primaires de drainage des eaux pluviales dans le bassin versant de Bonoumin-Riviera Golf d’une longueur totale d’environ 3,5 km ; la construction de canaux primaires de drainage des eaux pluviales dans le bassin versant Ouest du District d’Abidjan (Commune de Yopougon) pour une longueur totale d’environ 21,3 km ; la construction de canaux primaires de drainage des eaux pluviales pour la protection des champs captant de Niangon Nord pour une longueur totale d’environ 5,8 kilomètres ; la réalisation d’une Station de Traitement des Boues de Vidange (STBV) des fosses septiques à Anyama dans le District d’Abidjan d’une capacité de 300 m3/jour ; le raccordement de 10 000 ménages au réseau d’eaux usées dans le District d’Abidjan et la fourniture de 100 coffres à ordures ménagères.
Tous ces travaux d’Hercule, le Ministre Ouloto les situe dans la dynamique impulsée par le Président Alassane Ouattara, celle de hisser la Côte d’Ivoire au rang des pays émergents. Et à juste titre, l’on ne saurait concevoir un pays émergent sans une politique de salubrité et d’assainissement bien appliquée.

abidjan.net

Commentaires

commentaires