Home Société Représentativité des femmes / Mariatou Koné réaffirme l’engagement du chef de l’Etat

Représentativité des femmes / Mariatou Koné réaffirme l’engagement du chef de l’Etat

52
SHARE

L’Institut Français d’Abidjan-Plateau a abrité le mercredi 22 février 20107 un événement-débat en présence de Mariatou Koné, ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité et de l’ambassadeur de France en Cote d’Ivoire, Georges Serre.
‘’ La représentativité des femmes dans les sphères politiques et décisionnelles’’ était le thème de débat. Pour la ministre Mariatou Koné, dans la politique de promotion et de protection de la femme pour un plus grand nombre de cette frange de la population dans les sphères décisionnelles, la Côte d’Ivoire a connu des avancées. Et elle a rappelé que le Président de la République Alassane Ouattara a réaffirmé son engagement à favoriser une plus large représentation des femmes dans toutes les hautes instances. Selon la ministre, malgré les avancées enregistrées, l’on note une sous-représentation des femmes au sein des partis politiques, des groupements politiques et dans les instances de prise de décisions. C'est pourquoi, « nous femmes de Côte d’Ivoire, il nous appartient de nous battre pour faire entendre notre voix », a encouragé Mariatou Koné. Elle a souligné, par ailleurs que ce combat est en train de porter ses fruits, en témoigne la nomination dans l’armée de la première femme Général de brigade en Côte d’ Ivoire (Général de brigade Akissi Kouamé), et l’ouverture du concours de l’École militaire préparatoire technique de Bingerville (Empt) aux filles, l’accès du concours de sous-officier de la gendarmerie aux filles.
Pour la représentante résidente de l’Onu-femmes, Marie Goretti N’Duwayo, le thème, demeure une préoccupation majeure au niveau national, régional et même continental. Surtout que, estime-t-elle, la masse critique de 30% de représentativité des femmes n’est pas encore atteinte dans la majorité des pays africains. Reconnaissant également des progrès institutionnels et juridiques en Côte d'Ivoire, elle soutient que ce résultat n’a malheureusement pas d’impact réel, en dépit des opportunités qu’offrent les Articles 36 et 37 de la Constitution ivoirienne en matière de promotion et d’insertion des femmes. Marie Goretti N’Duwayo propose, néanmoins, un débat inclusif qui interroge le système juridique et qui pourra faire bouger les lignes.
Pour sa part, l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Georges Serre a indiqué qu’il faut avoir une vision transversale sur la femme dans toute activité de développement. Mieux, il faut leur faciliter l’accès aux responsabilités décisionnelles et politiques. Rappelant que la France est actuellement à 24% de représentativité des femmes. Donc, l’atteinte des 30% en Afrique exigera encore plus de travail.

MO avec T.Z

Source : abidjan.net

abidjan.net