Quand Ouattara décroche l’organisation du sommet UE-Afrique

Quand Ouattara décroche l’organisation du sommet UE-Afrique

135
SHARE

Le challenge est grand, et il mérite qu’on y accorde une attention particulière. En effet, la Côte d’Ivoire a été choisie pour abriter le sommet réunissant l’Union européenne et l’Afrique (sommet UE-Afrique) les 29 et 30 novembre 2017. Les autorités ivoiriennes qui y accordent un intérêt particulier en ont formulé la demande au sommet de l’UA à Kigali. Aussi, les pays africains et européens viennent de donner, à l’unanimité, une suite favorable au dossier ivoirien.

Ce plébiscite s’annonce donc comme une victoire de la diplomatie ivoirienne, d’autant plus que c’est le premier sommet en Afrique subsaharienne. Car, après Le Caire (2000), Lisbonne (2007), Tripoli (2010) et Bruxelles (2014), c’est au tour d’Abidjan d’accueillir la cinquième édition. Ainsi, ce sommet se veut-il un cadre institutionnel pour débattre des coopérations entre les pays de l’Union européenne et d’Afrique.

Notons que lors du précédent sommet en Belgique, plus de 60 dirigeants africains et européens avaient fait le déplacement. La paix et la sécurité, les droits humains, la prospérité et la stratégie commune UE-Afrique étaient entre autres, les sujets débattus. Pour celui d’Abidjan, le réchauffement climatique et le terrorisme transfrontalier pourraient figurer en bonne place. Le président Alassane Ouattara ne voudrait donc pas lésiner sur les moyens pour réserver un accueil chaleureux à ses hôtes. Le défi de l’organisation est également pris au sérieux par les autorités ivoiriennes. Car elles ne ménagent aucun effort pour repositionner le pays dans le concert des nations.

Toutefois, certains observateurs appellent le chef d’État ivoirien à oeuvrer davantage à la réconciliation des Ivoiriens. Cela pourrait certainement donner la garantie d’une stabilité durable au pays, et ses efforts à l’international se répercuterait en interne.


Source : Africatime CI

Africatime CI

Commentaires

commentaires