La FESCI souhaite la réinstauration des sessions de remplacement des examens à...

La FESCI souhaite la réinstauration des sessions de remplacement des examens à grand tirage en Côte d’Ivoire

89
SHARE

Le Secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), Fulgence Assi, a insisté, jeudi, sur la nécessité « de la réinstauration des sessions de remplacement » aux différents examens à grand tirage, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.
Img : La FESCI souhaite la réinstauration des sessions de remplacement des examens à grand tirage en Côte d’Ivoire
Pour le premier responsable de la FESCI qui se prononçait sur plusieurs sujets liés à l’école ivoirienne, cette réinstauration des sessions de remplacement des examens à grands tirage au secondaire (baccalauréat et brevet d’étude du premier cycle) pourra permettre aux candidats malades de sauver leur année et permettre de mettre fin aux problèmes d’omission rappelant que près de 5000 élèves n’ont pu composer l’an dernier au baccalauréat.
S’agissant de l’université, cette structure souhaite voir écarter l’inscription en ligne pour l’heure.« La FESCI n’acceptera pas les inscriptions via les sociétés de téléphonie mobile tant que les rapports du litige qui opposait les étudiants à l’université ne sont pas rendus publics’’.
« Au chapitre des bourses, nous réclamons les attributions de bourse au titre de l’année 2015-2016 et le paiement des renouvellements dans un bref délai », a ajouté Fulgence Assi. Par ailleurs, la question de l’université virtuelle annoncée par les autorités universitaires constitue une inquiétude pour les étudiants.
« Pour l’appellation université virtuelle est à polémique (….) nous aurions souhaité une université numérique », a proposé le Secrétaire général réélu au terme du 9ème congrès en décembre dernier. Poursuivant à ce sujet, il a regretté que l’université ne soit pas suffisamment couverte par un réseau internet, toute chose, qui entrainera des difficultés dans la réalisation de ce projet.
« Il est important de rappeler qu’à l’ouverture de ce projet, une promesse de 20 milliards de FCFA a été faite pour la couverture Wifi. A cette heure, l’investissement qui devrait permettre d’acquérir l’internet n’a pas été réalisé », a indiqué Fulgence Assi qui constate « une précipitation dans la mise en place du projet ».
La mise en place d’un calendrier académique des universités publiques, l’ouverture de la cité universitaire de Mermoz, la programmation des soutenances du Brevet de technicien supérieur (BTS) sont entre autres des sujets pour lesquels la FESCI demande des solutions.

SY/hs/ls/APA

abidjan.net

Commentaires

commentaires