Des travailleurs demandent au Président Ouattara de sauver l’UTEXI Dimbokro

Des travailleurs demandent au Président Ouattara de sauver l’UTEXI Dimbokro

18
SHARE

Dimbokro - Craignant une fermeture de l’usine, les travailleurs de l’Union textile et industrielle de Côte d’Ivoire (UTEX-CI) appellent le Président de la République, Alassane Ouattara, à sauver l’usine.

Ils ont lancé cet appel jeudi, lors d’une manifestation organisée à la préfecture de Dimbokro au cours de laquelle ils ont remis un mémorandum au préfet de région, N’guessan Obouo Jacques.

Pour les 400 travailleurs concernés, vu l’impact socioéconomique négatif que peut avoir une éventuelle fermeture de l'UTEX-CI, le chef de l’Etat doit aider l’usine afin qu’elle puisse s’approvisionner en matière première.

« Nous sollicitons le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, afin qu’il cède à l’UTEX-CI le lot III de la Compagnie ivoirienne du développement du textile (CIDT) c’est-à-dire les usines d’égrenage car tant que l’approvisionnement de l’usine en matière première c’est-à-dire en coton n’est pas garanti, nous serons toujours confrontés à des difficultés. Cela ne permet pas une activité saine », a déclaré le directeur général adjoint, Koné Zodjè, en remettant le mémorandum.

En réceptionnant le document, le préfet de région a promis de transmettre les préoccupations des travailleurs afin des solutions soient trouvées. « Le souci du chef de l’Etat est d’aider chaque habitant à trouver un emploi afin de conduire le pays à l’émergence. Je vais transmettre votre mémorandum au ministre de l’Industrie (Jean Claude Brou, ndlr), soyez en rassurés », a dit l'administrateur civil à ses interlocuteurs.

Pour l’ensemble de la filière textile qui estime à quatre milliards de francs CFA la perte en 2000, trois mesures urgentes sont à prendre. Il s’agit de réinstaurer la prime/subvention décidée en 1999 et supprimée en 2000, de mettre en place un mécanisme permettant non seulement un accès aisé à la matière première mais également l’application de prix préférentiels, et la cession du lot III de la CIDT aux industriels tel que cela avait été prévu à l’origine.

ik/akn/cmas

abidjan.net

Commentaires

commentaires