Home Société Côte d’Ivoire: Ouverture de poursuites pour homicide volontaire de six gendarmes dans...

Côte d’Ivoire: Ouverture de poursuites pour homicide volontaire de six gendarmes dans l’affaire agents de pompes funèbres tués à Arrah

76
SHARE

L'assassinat des agents de pompes funèbres à Arrah

- Mardi 27 juin 2017- Le procureur militaire Ange Bernard Kessi vient d’annoncer ce jour l’ouverture de poursuites pour homicide volontaire de six (06) gendarmes dans l’affaire assassinat des agents de pompes funèbres à Arrah, fin mai de cette année, révélée par KOACI.

En effet, cinq personnes sur six agents de la Société ivoirienne de pompes funèbres (Sipofu) avaient été tuées à bout portant par des éléments de la gendarmerie d’Arrah qui les avaient pris pour des braqueurs.

Dans cette affaire, une première thèse avait été révélée à l’opinion nationale indiquant que la gendarmerie venait de réaliser un coup de maître en abattant six braqueurs, avant que ne révèle une seconde version plus plausible de la bavure qui a jeté le discrédit sur la première et mis les gendarmes devant les réalités des faits.

Cette version avait été corroborée par les responsables de cette pompe funèbre, à travers une conférence presse, dénonçant le fait que « leurs hommes ont été tués comme des chiens ».

S’étant saisi de cette affaire, le Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale, le Général de brigade Nicolas Kouadio Kouakou avait annoncé l’ouverture d’une enquête.
Pour rappel, cinq agents de pompes funèbres sur six qui s'étaient déplacés dans le village de Andé pour effectuer une prestation dans le cadre d'une cérémonie funéraire de la mère d'un adjudant de gendarmerie, avaient été abattus par des éléments de la gendarmerie d'Arrah située à Kotobi les ayant pris pour des braqueurs, après qu'un opérateur économique eut été dépossédé de 32 millions de FCFA par des braqueurs à Nzanfouenou.

Le seul rescapé, qui a réussi à s’échapper du véhicule, a alerté son entreprise à Abidjan pour l’avertir de la situation dramatique dans laquelle il se trouvait.

Casimir Boh, Abidjan

Suivez l'évolution de l'actualité en temps réel avec notre application mobile Android (cliquez et installez-la sur votre mobile), 



Source : Koaci