Home Société Côte d’Ivoire: Lutte contre l’orpaillage, face à l’entêtement de certaines autorités, «seule...

Côte d’Ivoire: Lutte contre l’orpaillage, face à l’entêtement de certaines autorités, «seule la population peut venir à bout»

57
SHARE

- Mercredi 28 juin 2017- Mettre fin à l’orpaillage artisanal en Côte d’Ivoire est possible. Toutefois, certains facteurs rendent compliqués la lutte pour l’éradication de ce phénomène qui détruit l’avenir agricole et met en danger le cadre sanitaire ivoirien, a expliqué le professeur Yapo Bernard (Sous-Directeur du Laboratoire Central de l’Environnement CIAPOL), à travers un exposé ce mercredi à l'université Nangui Abrogoua, sur le thème de l'eau et l'environnement .

En effet, pour le professeur, l’implication de certaines autorités politiques et coutumières de notre pays dans l’orpaillage artisanal favorise la survie de cette pratique qui a gagné « toutes nos régions ».

« Nous avons des sponsors aux cols blancs au sommet de l’Etat » qui usent de leur influence pour perpétuer cette pratique, qui est certes lucrative, mais dangereux pour le cadre de vie des populations.

Sinon comment expliquez-vous, ajoute-t-il, que des substances chimiques telles que le mercure utilisées dans l’orpaillage, mais nocifs pour la survie des sols et des eaux, passent les frontières et se répandent sur le marché national, avant de reconnaître que des cas de champs d’orpaillage appartenant à des politiques surveillés par des Dozos qui interdisent l’ accès à ces sites ont été avérés.

De plus, a-t-il ajouté, même les forces de l’ordre reçoivent des menaces de ces autorités qui sont dans ce business.

Pointant aussi un doigt accusateur sur certaines autorités coutumières qui donnent ou vendent des terres cultivables ou près des cours d’eaux de villages ou localités à des exploitants de l’orpaillage, au détriment des populations vulnérables à la pauvreté dont ils tirent profit, le professeur a reconnu qu’il est possible de faire ombrage à toute personne aussi puissante soit elle.

Mais cela demande l’implication de la population qui demeure « le maillon fort » dans la lutte contre le phénomène de l’orpaillage, car c’est à elle, explique le professeur, de refuser et s’opposer fermement à l’exploitation ou la vente de leur terre pour cette activité, même face aux autorités politiques et coutumières.

Casimir Boh, Abidjan 


Vous êtes abonnés Orange en Côte d'Ivoire, recevez les infos exclusives de en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)


Source : Koaci