Home Société Côte d’Ivoire: Anacarde, environ 150 tonnes de noix de cajou interceptées à...

Côte d’Ivoire: Anacarde, environ 150 tonnes de noix de cajou interceptées à la frontière du Ghana avant l’ouverture de la campagne

136
SHARE

Adama Coulibaly au micro face à la presse (ph W.KOACI.COM)

© koaci.com – Jeudi 16 Février 2017 – Environ 150 tonnes de noix de cajou ont été interceptées à la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Ghana avant l’ouverture de la campagne commerciale qui a officiellement démarré ce jour dans les zones de production d’anacarde.

Le Directeur général par intérim du Conseil du coton et de l’anacarde, Adama Coulibaly a porté cette information ce jour à la presse à l’occasion d’une rencontre marquant le début de la campagne de commercialisation.

«Cinq camions contenant des noix de cajou d’un volume d'environ 150 tonnes ont tenté de quitter le pays pour le Ghana alors que la campagne n’est pas encore ouverte, » a déclaré le DG par intérim.

Le prix planché bord champ du kilogramme d’anacarde pour cette année a été fixé la veille en conseil des ministres à 440 FCFA.

Il reconnait que le phénomène de fuite de la production ivoirienne a gagné les frontières du Burkina et du Mali, puisque selon lui, lors de la campagne précédente, 900 tonnes d’anacarde ont été interceptés à la frontière du Ghana ainsi que des tricycles à la frontière entre la Côte d’Ivoire et le Burkina.

Le Président du conseil d’administration du Conseil de coton et d’anacarde, Mamadou Bamba a déploré la baisse de production de l’anacarde en 2016 qui s’est établi à 649587 tonnes contre 702510 tonnes l’année précédente.

Selon le PCA, cette perte de produits est essentiellement liée aux conditions climatiques moins favorables qui ont impacté l’ensemble des productions agricoles.

La campagne de commercialisation de l’année dernière a été marquée par un faible niveau des volumes transformés localement.

«Ce sont au total 40383 tonnes qui ont été transformées. Ce qui représente un taux de transformation locale d’environ 6% pour une capacité installée de plus de 105 000 tonnes, » a indiqué Bamba.

A l’en croire, les résultats enregistré révèlent la nécessité de maintenir la vigilance et de renforcer le dispositif de suivi de la commercialisation en particulier celui du contrôle de la qualité, d’accélérer la mise en œuvre des mesures de soutien déjà identifiées en faveur des transformateurs locaux et de poursuivre la réflexion pour des mesures complémentaires.

Ces dernières années, la Côte d’Ivoire est le Premier producteur mondial de noix de cajou avec environ 25% de production et le Premier exportateur mondial avec environ 40% de l’offre mondiale.

Des perspectives importantes se dessinent pour la campagne de commercialisation de cette année.

Bamba a annoncé une reprise de la production de noix de cajou qui devrait se situer autour de 715 mille tonnes puisque les conditions climatiques enregistrées ont été favorables.
Pour une bonne campagne commerciale, les dispositifs en vigueur prises depuis la mise en œuvre de la réforme seront renforcées.

Il s’agit de l’interdiction pour les acteurs d’acheter les noix de cajou en dessous du prix planché à chacun des niveaux de la chaîne de commercialisation, de l’interdiction des exportations par les frontières terrestres.

Le PCA sollicite enfin le soutien des forces de l’ordre, des agents des douanes pour le suivi de l’application des mesures d’interdiction des exportations par les frontières terrestres qui peuvent compromettre la campagne de commercialisation et font perdre d’année en année des ressources importantes à l’économie nationale.

Wassimagnon, Abidjan 



Vous êtes abonnés Orange en Côte d'Ivoire, recevez les infos exclusives de koaci.com en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)



Source : Koaci

Koaci