Côte d’Ivoire : à un mois de la clôture des inscriptions, plus...

Côte d’Ivoire : à un mois de la clôture des inscriptions, plus de 25.000 inscrits au concours de CAFOP

251
SHARE

A pratiquement u mois de la clôture des inscriptions prévue le 04 mars prochain, plus de 25.000 candidats sont déjà inscrits pour le concours de recrutement des instituteurs dans les Centres d'animation et de formation pédagogiques (CAFOP).

Au-delà de cette affluence quasi-continue des prétendants à ce concours depuis le 09 janvier dernier à la caserne des sapeurs-pompiers militaires et à l'antenne de la fonction publique d'Adjamé (Centre d'Abidjan où sont vendues les pochettes et se tiennent les visites médicales), les candidats dont l'âge varie entre 30 et 36 ans, sont visiblement les plus nombreux.

En effet, sur une dizaine de candidats dont l'état civil a été consulté, sept d'entre eux ont plus de 30 ans. Même si les conditions de candidature autorisent les titulaires du Brevet d'études du premier cycle (BEPC) âgés de 18 à 36 ans au 31 décembre 2016, à concourir, l'âge élevé des postulants (relativement au diplôme exigé) a des explications particulières, à en croire plusieurs candidats rencontrés.

Aux fortunes diverses après l'obtention du BEPC, ces candidats trentenaires, appartiennent à deux catégories selon les raisons qui fondent leur participation à ce concours. Mais, avec un dénominateur commun: le sous-emploi.

Pour les membres de la première catégorie dont Aristide Kouadio , ils sont pour la plupart titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur en plus du BEPC qu'ils ont obtenu il y a plus d'une dizaine d'années.

«On obtient généralement le BEPC avant 20 ans quand on se réfère à l'âge moyen de 6 ans pour débuter l'école. Personnellement, j'ai obtenu le BEPC à 16 ans. Aujourd'hui, j'ai 31 ans et titulaire d'une licence en histoire. La raison de ma participation à ce concours inférieur à mon niveau d'études est le chômage que je vis depuis plus de 7 ans», a laissé entendre M. Kouadio.

Quant à la seconde catégorie de ces candidats trentenaires, ils n'ont majoritairement pu franchir le cap de l'enseignement secondaire après l'obtention du BEPC pour des raisons diverses.

Désœuvrés pour la plupart, ils ont cessé tout contact avec les cours il y a plusieurs années maintenant et l'ouverture de ce concours avec ce diplôme est une aubaine pour eux. « Je suis mère de famille il y a quelques années et j'ai plus de 30 ans. J'ai obtenu le BEPC depuis 2005 et depuis lors, je n'ai pu poursuivre mes études pour défaut de moyens financiers. Donc, depuis 2005, j'ai arrêté les cours », a confié Carine.

Au regard de ces aveux, l'ouverture du concours de CAFOP session 2017, pour le recrutement des instituteurs adjoints, décrié à tort ou à raison par certains, paraît comme une opportunité d'emplois pour des milliers de jeunes qui n'ont pu poursuivre leur scolarité après l'obtention du BEPC.

C'est le 09 janvier dernier que le ministère de l'éducation a ouvert au titre de l'année 2017, le concours de recrutement des instituteurs adjoints. Seuls peuvent concourir, les titulaires du Brevet d'études du premier cycle (BEPC), âgés de 18 à 36 ans au 31 décembre 2016. 5000 places sont à pourvoir.

PIGLB/ls/APA

Source : abidjan.net

abidjan.net

Commentaires

commentaires